6 mois de prison et 5000 dinars d'amende pour avoir propagé des rumeurs sur la mort du président de la République Béji Caid Essebsi

Publication: Mis à jour:
BEJI CAID ESSEBSI
Tunisian President Beji Caid Essebsi speaks during a swearing-in ceremony of the coalition cabinet at the Carthage Palace in Tunis, February 6, 2015. REUTERS/Zoubeir Souissi (TUNISIA - Tags: POLITICS) | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Les deux jeunes tunisiens qui ont publié la rumeur sur la mort du président de la République Béji Caid Essebsi le 18 novembre dernier ont été condamnés à 6 mois de prison ferme ainsi qu'à 5000 dinars d'amende selon un jugement rendu mercredi par le Tribunal de première instance de Jendouba.

Selon l'avocat de la Défense cité par Mosaïque FM, le jugement rendu serait loin de la réalité du dossier ajoutant la sentence n'est basée sur aucun fondement légal.

Le 18 novembre dernier, une information a été largement diffusée sur les réseaux sociaux avec le logo de France 24 annonçant le décès du président de la République Béji Caïd Essebsi, ce qui fut rapidement démenti par la présidence de la République et par la chaine France 24.

"Cette rumeur vise à déstabiliser le pays, et nous allons dévoiler tous ceux qui se cachent derrière cette intox", avait alors martelé Saïda Garrache, porte-parole de la présidence, en ajoutant qu'une plainte a été déposée. Une plainte avait également été déposée par la chaine France 24 pour l'usage de son logo.

Quelques jours plus tard, la porte-parole de la présidence de la République avait ajouté que cette rumeur avait été "orchestrée" ajoutant que les personnes arrêtées "ont affirmé leur appartenance à un parti politique".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.