Le père de l'enfant retrouvé caché dans une valise à Sebta bientôt devant la justice

Publication: Mis à jour:
ENFANT VALISE
Le père de l'enfant retrouvé caché dans une valise à Sebta bientôt devant la justice |
Imprimer

JUSTICE - Le père du jeune Ivoirien Adou Ouattara, qui avait été découvert en mai 2015, à Sebta, caché dans une valise pour tenter de traverser la frontière entre le Maroc et l'Espagne, sera bientôt jugé.

Selon l'agence de presse espagnole EFE, le procès, initialement prévu pour le mois de novembre dernier à la Cour provinciale de Cádiz à Sebta, a été reporté au 20 février. Ce report fait suite à un accord entre les parties sur l'impossibilité de faire venir la mère et l'enfant, qui vivent en France, selon des sources judiciaires citées par EFE.

Dans le box des accusés seront appelés le père d'Adou ainsi que la femme qui portait la valise, la jeune Marocaine Fatima E. Y., qui reste cependant introuvable pour le moment, selon la Cour supérieure de justice d'Andalousie. Malgré l'absence de la passeuse, l'audience aura lieu pour juger le père, précise l'agence de presse espagnole.

L'enfant âgé de 8 ans à l'époque avait été retrouvé par les douaniers espagnols lors du scanner de la valise dans laquelle il était recroquevillé en position foetale. Les images, qui avaient fait le tour des médias, avaient particulièrement choqué en Espagne, où des partis d'opposition demandaient à ce que le jeune garçon soit remis à ses parents et que son père soit libéré.

Ce dernier avait en effet été arrêté quelques heures après son fils à la même frontière et placé en détention provisoire pour avoir tenté de faire passer le jeune garçon illégalement.

Selon l'avocat de la famille interrogé par l'AFP au moment des faits, le père, résident en Espagne, a été "victime de la mafia", poussé à payer des passeurs pour récupérer son fils qui vivait en Côte d'Ivoire. Il n'aurait en effet pas réussi à obtenir une carte de séjour pour l'enfant, ne gagnant pas suffisamment d'argent pour bénéficier du regroupement familial, selon son avocat.

Selon EFE, le père d'Adou, qui vit actuellement à Bilbao, risque trois ans de prison. La passeuse pourrait quant à elle écoper d'une peine d'emprisonnement de six ans.

LIRE AUSSI: L'enfant ivoirien retrouvé au poste frontière à Sebta a été autorisé à rejoindre sa mère