Le budget du ministère de l'Intérieur a plus que doublé depuis 2011 selon le DCAF, voici les détails

Publication: Mis à jour:
INTERIOR MINISTRY TUNISIA
Police officers stand guard in front of the Ministry of the Interior during celebrations marking the sixth anniversary of Tunisia's 2011 revolution in Habib Bourguiba Avenue in Tunis, Tunisia January 14, 2017. REUTERS/Zoubeir Souissi | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

L'observatoire en ligne du secteur de la sécurité a publié, jeudi, un rapport sur l'évolution du budget du ministère de l'Intérieur, et ce, entre 2011 et 2018.

Ainsi, selon la courbe dressée par l'observatoire, il apparait que le budget a plus que doublé depuis 2011, passant de 1245 millions de dinars en 2011, à 2879 millions de dinars en 2018, soit une hausse de plus de 230%.

Cette hausse globale serait due, selon l'observatoire, aux besoins accrus en équipements et en ressources humaines dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

evolution

Il apparait toutefois une baisse du budget entre 2016 et 2017, qui est passé de 2896 millions de dinars en 2016 (année du budget record), à 2557 millions de dinars en 2017, avant de repartir à la hausse et de passer à 2879 millions de dinars en 2018.

Selon l'observatoire, la création du ministère des Affaires locales -qui était auparavant rattaché au ministère de l'Intérieur- est la cause de la baisse de budget de celui-ci en 2017.

Dépenses

Trois types de dépenses sont effectuées par le ministère de l'Intérieur, à savoir les dépenses de fonctionnement, celles du développement, ainsi que les Fonds spéciaux du trésor qui sont destinés à permettre l’affectation de recettes particulières au financement de la caisse pour la protection civile et de la sécurité routière, et de la caisse de prévention des accidents de la circulation.

Ainsi, les dépenses les plus importantes sont celles du fonctionnement, qui dépassent largement le reste des dépenses et accaparent la plus grande part du budget global. Celles-ci sont passées de 1265 millions de dinars en 2011, à 2618 millions en 2018.

Les dépenses de fonctionnement sont réparties entre dépenses de personnel, dépenses de moyens des services, et dépenses d'interventions publiques. Ainsi, on remarque que les dépenses de personnel reçoivent la plus grande part avec une moyenne de plus de 70% du total des dépenses de fonctionnement. Elles représentent 83% du budget global du ministère, pour l'année 2018.

Les dépenses relatives aux moyens des services (dépenses d'ordre logistiques, comme par exemple, les frais de télécommunication et les frais d'habillement) sont restées pratiquement constantes, évoluant de 150 à 200 millions de dinars entre 2011 et 2018.

Cependant, l'histogramme des dépenses de fonctionnement montre une nette régression des dépenses relatives aux interventions publiques, qui ont été réduites de près de 10 fois, passant de 226 millions de dinars en 2011, à seulement 24 millions en 2018. Les budgets alloués aux interventions publiques ont atteint leurs pics pendant les années 2012, 2015 et 2016 (plus de 400 millions de dinars par année en moyenne). Selon le rapport, cette nette diminution revient également à la création du ministère des Affaires locales, puisque ces dépenses servaient en grande partie à pallier le manque de ressources propres des collectivités locales.

depenses mi

Les Fonds spéciaux du trésor représentent quant à eux la plus petite part du budget du ministère de l'Intérieur, avec seulement 8,5 millions de dinars en 2011, et 10,2 millions en 2018.

Du côté des dépenses de développement, celles-ci sont passées de 133 millions en 2011, à 250 millions de dinars en 2018. Leur répartition par gouvernorat montre une concentration de ressources dans les régions de Siliana, Kairouan, ainsi que dans le gouvernorat de Tunis, qui bénéficie de la plus grande part.

Ces dépenses sont destinées à l'exécution des programmes prévus par le plan de développement économique et social, et comprennent les investissements directs, le financement public, les dépenses de développement imprévues, les dépenses de développement sur ressources extérieures affectées, ou encore le remboursement du principal de la dette publique.

Effectifs

S'agissant des effectifs du ministère pour l'année 2018, seuls le nombre des agents de la protection civile augmentera selon le rapport (à travers le recrutement prévu de 285 agents), tandis que les effectifs des forces de sécurité intérieure baisseront de 2,3% par rapport à 2017. Ainsi, la protection civile compte quelque 7146 agents, la police 50 083 policiers, et 29 817 agents pour la Garde Nationale.

fdve

Il est à noter que ce rapport a été basé sur les lois de finances et lois de finances complémentaires de 2011 à 2018, et que l'observatoire, auteur de ce rapport, est géré par le Centre de Genève pour le contrôle démocratique des forces armées (DCAF), et financé à travers son Fonds d’affectation spéciale pour l'Afrique du Nord (TFNA).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.