Un Palestinien tué par des tirs israéliens à Ramallah

Publication: Mis à jour:
RAMALLAH
Des proches du Palestinien Moussab Firas Tamimi, tué pendant les affrontements avec les troupes israéliennes, à l'hôpital de Ramallah, le 3 janvier 2018. | Mohamad Torokman / Reuters
Imprimer

CISJORDANIE - Un Palestinien de 17 ans a été tué, mercredi, par des tirs de soldats israéliens dans le village de Deir Neizam, au nord de Ramallah, en Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

Moussab Firas Tamimi est le quatorzième Palestinien tué par les forces israéliennes depuis le regain de tensions suite à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël le 6 décembre.

Cette décision unilatérale a suscité la colère des Palestiniens et une vague de protestations dans le monde. L'Assemblée générale des Nations unies a adopté, le 21 décembre 2017, une résolution condamnant à une large majorité la décision de l'administration américaine. Le texte, qui rappelle une série de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur Al-Qods, souligne le caractère illégal de l'occupation par Israël de la partie Est de la ville.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait également adopté, le 23 décembre 2016, la résolution 2334 exigeant de nouveau d'Israël qu'il cesse immédiatement et complètement toute activité de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Al Qods-est.

Menaces américaines

Alors que la situation reste des plus tendues au Proche-Orient, Donald Trump a menacé sur Twitter de couper les aides des Etats-Unis aux Palestiniens:

"Ce n'est pas que le Pakistan que nous payons des milliards pour rien, mais plusieurs autres pays. Par exemple, nous donnons aux Palestiniens des CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an et en échange nous n'avons ni reconnaissance ni respect. Ils ne veulent même pas négocier de traité de paix avec Israël. Nous avons retiré Jerusalem, la clause la plus compliquée, de la table des négociations, et pour cela Israël aurait payé plus. Mais avec les Palestiniens qui ne veulent plus parler de paix, pourquoi devrions-nous continuer à réaliser ces paiements dans le futur?"

Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a de son côté dénoncé un chantage des Etats-Unis dans un communiqué repris par l'AFP.

LIRE AUSSI: