Près de 50 migrants clandestins syriens et afghans interceptés aux côtes grecques

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS GREECE
jcarillet via Getty Images
Imprimer

IMMIGRATION CLANDESTINE - Alors qu'ils tentaient de rejoindre la Grèce, des migrants illégaux d'origine syrienne et afghane ont été interceptés, dimanche 31 décembre, par les gardes-côtes turcs au large des côtes occidentales, rapporte la MAP. Au moins 46 de ces migrants clandestins essayaient de rallier, à bord de deux embarcations, les îles grecques voisines à partir de la province d’Aydin (sud-ouest).

Quelques jours plus tôt, près de 132 candidats à l’immigration clandestine ont été interceptés le 27 décembre, au large d’Izmir (ouest), alors qu’ils tentaient de rejoindre Chios, île grecque située à moins de 8 kilomètres des côtes turques.

En novembre dernier, plus de 800 migrants clandestins ont été interpellés dans des villages du nord du pays alors qu’ils s’apprêtaient à franchir les frontières terrestres avec la Grèce et la Bulgarie au moment où les traversées de la mer Egée sont devenues plus périlleuses avec les mauvaises conditions atmosphériques.

Selon les autorités turques, plus de 8.000 migrants clandestins ont été interceptés en mer Égée, entre la Turquie et la Grèce, depuis le début de l’année. Un chiffre en baisse considérable par rapport aux centaines de milliers de personnes arrêtées en mars 2016.

Cette baisse est notamment due à l'accord entre la Turquie et l’Union européenne pour "endiguer le flux migratoire et mettre fin au trafic d’êtres humains", d'après la MAP. Cet accord prévoit "la réadmission de migrants selon le principe "un contre un"". Ainsi, pour chaque Syrien reconduit en Turquie, un Syrien réfugié en Turquie serait accueilli dans un État de l’UE.

La mer Egée reste l’une des "principales voies d’accès en Europe pour les migrants illégaux en raison des courtes distances entre les côtes turques et les îles grecques", explique la MAP.

LIRE AUSSI: