Le syndicat des Imams porte plainte contre l'association Shams et veut faire fermer sa web radio

Publication: Mis à jour:
D
Facebook/Shams Rad
Imprimer

Le secrétaire général du conseil syndical national des Imams et cadres des mosquées (Organisation tunisienne du travail), Chihebeddine Tlich, a révélé mercredi avoir déposé une plainte contre l’association “Shams”.

Selon lui, “le lancement récent, d’une radio par l’association, constitue un danger imminent pour nos valeurs et notre identité religieuse et sociale”.

Lors d’une conférence de presse à Tunis, Tlich a mis en garde contre “la banalisation de la décadence morale vu que la reconnaissance de l’association et sa radio revient à défendre la délinquance sexuelle”.

Il a appelé l’Etat à “prendre les mesures nécessaires au sujet de ce financement suspect” fait à l'association par l'Ambassade des Pays-Bas en Tunisie.

Selon le syndicaliste, cette conférence de presse a pour objectif d’informer l’opinion publique sur le procès intenté par le conseil syndical contre l’association pour obtenir la fermeture de la radio lancée sur le web.

“Permettre à l’association de diffuser ses opinions est contraire à la religion et à la loi”, a-t-il estimé.

Et d’ajouter, la création de l’association Shams (2015) constitue une violation manifeste de l’article 6 de la Constitution qui dispose que l’Etat est le gardien de la religion et s’engage à protéger le sacré.

Le 11 décembre dernier, l’association Shams a lancé sa web radio dédiée à la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) en Tunisie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.