Saad Lamjarred contraint par la justice française de rembourser la société organisatrice de son concert parisien

Publication: Mis à jour:
SAAD LMJARRED
Facebook
Imprimer

JUSTICE - Saad Lamjarred n'en a pas fini avec la justice française. Le chanteur, toujours poursuivi en France pour "agression sexuelle avec violence", a été condamné par le tribunal commercial de Paris à reverser 280.000 euros, soit plus de trois millions de dirhams, à l'entreprise organisatrice de son concert parisien "Cairo by night". C'est ce que révèle le site Yabiladi et ce qu'explique au HuffPost Maroc Ilhem Bouzid, directrice de cette société de production organisatrice du concert parisien de Saad Lamjarred. Un show qui devait avoir lieu le 29 octobre au Palais des Congrès et qui sera finalement annulé suite à l'arrestation du chanteur le 26 octobre 2016.

Pour Ilhem Bouzid, le début de la désormais célèbre "affaire Lamjarred" a été le commencement d'un cauchemar financier mais aussi personnel. En effet dès l'éclatement de l'affaire, la Franco-marocaine se retrouve envahie de messages de menaces et d'insultes. "Dès l'annonce de cette affaire mon téléphone n'a pas arrêté de sonner", explique cette dernière. "Je me suis faite insulter, traitée de tous les noms par des gens qui pensaient que je faisait partie d'un coup monté contre Saad. J'ai vraiment eu très peur".

Saad Lamjarred "intouchable"

Si l'équipe de Saad Lamjarred assure dans un premier temps que sa compagnie sera remboursée suite à l'annulation du concert, le discours changera à la sortie de "Let Go", le dernier clip du chanteur. "Ils m'ont promis que dès qu'il sera sorti de prison, ils me feront un virement", se souvient Ilhem Bouzid. "Puis ils m'ont plus ou moins fais comprendre qu'ils ne me rembourseront pas" déclare-t-elle. "On m'a expliqué que Saad était très populaire au Maroc, et que même si je parlais à la presse, personne ne prendra mon parti car il est aimé de tous", se désole-t-elle.

La société organisatrice décide alors de porter plainte contre le chanteur. Si elle a désormais obtenu gain de cause au niveau du tribunal commercial, elle juge plus que probable que l'affaire se retrouvera bientôt face à une cour pénale. "Je ne pense pas qu'ils me rembourseront, je pense vraiment que l'affaire finira au pénal pour escroquerie. Dans ce cas-là, nous nous constituerons partie civile", dit-elle.

Il faut dire que cette dernière vit une situation des plus problématique depuis cette fin d'année 2016. "J'ai des huissiers qui sont venus, des personnes qui m'ont menacée, une personne est même venue en plein cour de danse pour m'intimider", confie-t-elle.

Aujourd'hui cette mère de quatre enfants n'a plus aucun contact avec l'équipe du chanteur marocain mais au moins, les menaces semblent avoir pris fin. Cependant, plus question de travailler pour Saad Lamjarred et ses proches, tant Ilhem Bouzid se dit encore marquée par les menaces mais aussi les soucis de santé. La jeune femme regrette aujourd'hui le comportement qu'elle juge malhonnête du chanteur et de son entourage. "Je l'ai tellement défendu, protégé, nous lui avons conseillé l'avocat, mais j'ai désormais changé d'avis sur son sujet".

LIRE AUSSI: