La Banque Africaine de Développement accorde un prêt de plus de 143 millions d'euros à la Tunisie, destiné à la transformation numérique

Publication: Mis à jour:
AFRICAN BANK TUNISIA
Flags fly on the provisional headquarters of the African Development Bank on September 8, 2014 in Abidjan after a ceremony marking the effective return of the operations of the Bank to Abidjan. The Bank had moved to Tunisia over 10 years ago due to political instability in the Ivory Coast. AFP PHOTO / SIA KAMBOU (Photo credit should read SIA KAMBOU/AFP/Getty Images) | SIA KAMBOU/AFP/Getty Images
Imprimer

Après avoir accordé un prêt de 38 millions d'euros en octobre dernier qui était destiné au secteur agricole, et un autre de 85 millions d'euros pour la lutte contre le chômage chez les jeunes diplômés, voilà que la Banque Africaine de Développement (BAD) annonce l'accord d'un nouveau prêt à la Tunisie, de plus de 143 millions d'euros, destiné cette fois-ci à renforcer la transformation numérique du pays.

En effet, dans un communiqué rendu public, la Banque Africaine de Développement a annoncé la signature, entre le ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laadhari, et le directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, de deux accords de prêts, d'une valeur globale de 143 millions d'euros, et ce dans le cadre du projet national Tunisie Digitale 2020, mais également en soutien au développement de compétences dans le domaine des technologies.

Le prêt se divise en deux tranches. La première d'une valeur de 72 millions d'euros, sera destinée au développement de compétences techniques dans le domaine des technologies, en vue d'une "plus grande ouverture des établissements scolaires sur le monde professionnel", ou encore "un meilleur usage des technologies numériques".

"Ce projet permettra de former une main d’œuvre hautement qualifiée, répondant ainsi à l’ambition de la Tunisie de renforcer son intégration dans les chaînes de valeur mondiales avec plus de 5000 emplois directs qui seront créés", lit-on dans le communiqué.

La deuxième tranche viendra quant à elle en appui au plan national de transformation numérique, Tunisie Digitale 2020.
Cet appui vise, selon le communiqué, à "renforcer la performance des services publics à travers le déploiement, à plus grande échelle, de l’administration électronique".

"Cette seconde opération permettra de renforcer l’offre des services administratifs rendus aux usagers et aux acteurs économiques", a déclaré le directeur général de la BAD pour l'Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, avant d'ajouter: "Elle contribuera à améliorer l’accès à un service public de qualité sur l’ensemble du territoire".

Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, Zied Laâdheri, a de son côté salué ces accords, soulignant l'importance du renforcement des compétences des jeunes, et celle de la création d’emplois et la transformation numérique du pays.

Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem, et le ministre des Technologies de l'information et de l'Économie numérique, Anouar Maarouf, avaient également fait partie de la cérémonie.

En 2015, la Banque Africaine de Développement avait annoncé un nouveau programme de développement dans lequel elle a présenté 5 priorités, à savoir: éclairer et fournir de l’énergie à l’Afrique, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique, et améliorer la qualité de vie des Africains.

Le portefeuille actuel de la BAD en Tunisie totalise environ 1,5 milliard d’euros, répartis entre le secteur public et privé. Des opérations de dons financées par le Fonds d’assistance technique pour les pays à revenu intermédiaire, sont également prévues. Le secteur financier représente 33% du portefeuille actif consacré à la Tunisie, suivi des secteurs du transport (27%), de l’eau et assainissement (17%), du secteur social (12%) et de l’énergie (9%).

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.