Ils nous ont quittés en 2017

Publication: Mis à jour:
NCRO
dr
Imprimer

DÉCÈS - Douloureuse, l'années 2017 l'a été pour les proches, amis et collègues de plusieurs personnalités marocaines qui nous ont quittées. Dans leur secteur d'activité, culturel, religieuse, médiatique, sportif, elles ont laissé une empreinte indélébile.

  • Cheikh Hamza, maître de la confrérie Qadiriyya Boudchichiya
    DR
    18 janvier, jour de deuil pour les soufis au Maroc. Une de leurs confréries les plus importantes a perdu son maître, le cheikh Hamza Al-Qadiri Al-Boudchichi, suite à une longue maladie, à l'âge de 95 ans. Le guide de la zaouiya Boutchichia attirait, deux fois par an, plusieurs soufis qui venaient des quatre coins du monde pour recevoir sa bénédiction, lors de la célébration de la naissance du prophète, Aïd Al Mawlid, et lors de la 27ème nuit de Ramadan, Laylat Al Qadr.
  • Samira Fizazi, l'ancienne présentatrice météo
    Hit Radio
    Le décès de celle qu'on surnommait "miss météo" avait touché les marocainsplus d'un. Samira Fizazi s'invitait chaque jour dans le salon de milliers de familles marocaines en présentant la météo sur la première chaîne nationale, Al Oula. À l'âge de 51 ans, elle céda, le 19 mai, au cancer qu'elle combattait depuis plusieurs années. En 2012, elle avait ouvertement parler de sa maladie aux auditeurs d'Hit Radio."Le cancer n'égale pas la mort. C'est une maladie comme une autre. Il y a plusieurs autres maladies plus graves", confiait-elle alors.
  • Abdelmajid Dolmy, légende du football marocain
    DR
    Les passionnés de football se souviennent encore de l'instant de gloire que leur avait offert Abdelmajid Dolmy en qualifiant l'équipe nationale à la coupe du monde en 1986. Surnommé le "Maâllem" ou encore le Maestro, Dolmy avait reçu le "prix du fair-play" décerné par l'UNESCO. Emporté par un malaise à l'âge de 64 ans le 27 juillet à Casablanca, Dolmy a gravé son nom dans l'histoire du football marocain.
  • Ahmed Rmouki, l'ex-international de football
    DR
    À l'âge de 60 ans, le sportif a cédé à la maladie. Le 14 septembre à Rabat, Ahmed Rmouki, qui souffrait d'une amyotrophie des membres, rendit l'âme. Connu pour avoir joué avec l'équipe de l'Association sportive des Forces armées royales, avec laquelle il avait remporté la Ligue des champions d'Afrique en 1985, Rmouki a aussi été médaillé d'or des jeux méditerranéens de 1983. L'ex-international avait également joué avec le Raja d'Agadir et le Kawkab de Marrakech.
  • Abdallah Chaqroun, figure culturelle au Maroc
    MAP
    Avec près de 500 pièces en arabe et en dialecte marocain, plusieurs études, recherches, poèmes et articles, Abdallah Chaqroun a marqué le monde de la culture au Maroc. Producteur, réalisateur de programmes, journaliste, rédacteur, ou encore présentateur de journal à la télévision nationale, il était devenu une des figures les plus importantes de la scène culturelle et médiatique sous toutes ses couleurs. Mort à l'âge de 91 ans le 16 novembre à Casablanca, Chaqroun a laissé derrière lui une famille d'artistes et d'entrepreneurs, notamment son épouse, l'actrice Amina Rachid, ou encore sa belle-fille, la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah-Chaqroun.
  • Abdelaziz Tazi, le fondateur du groupe Richbond
    DR
    Avant-gardiste et altruiste, Abelaziz Tazi, décédé le 10 octobre à Casablanca, a véritablement laissé sa trace non seulement dans le monde des affaires, mais aussi dans le quotidien des Marocains. C'est à lui que l'on doit l'intégration du plastique dans plusieurs objets d'usage quotidien comme la brosse à cheveux ronde, le ballon en plastique, ou encore la bassine de la ménagère autrefois en cuivre. Face à ce succès, il fonde en 1965, la société "Richbond" dédiée à la commercialisation du plastique encore inédite au Maroc. Passionné d'arts, il créa aussi avec son épouse la fondation Touria et Abdelaziz Tazi, initiatrice de l'espace culturel L'Uzine.
  • Noureddine Karam, la voix douce de radio 2M
    DR
    Beaucoup d'auditeurs appréciaient sa voix qui les accompagnait de 22h à minuit pendant l'émission de Radio 2M, "Entre Nous". Mais ils n’ont enfin pu découvrir son visage qu’à l'annonce de son décès, le 5 décembre à Casablanca. Plusieurs journalistes et animateurs avaient partager sa photo sur les réseaux sociaux pour exprimer leur regret d’avoir perdu leur collègue emporté subitement par une crise cardiaque à l'âge de 49 ans.
  • Fadilah Berrada, l’artiste du caftan
    Fadila Berrada/Facebook
    Décédée le 12 décembre à Casablanca, Fadilah Berrada était une référence dans la haute couture traditionnelle marocaine. Après avoir travaillé pendant plusieurs années dans l'enseignement supérieur et au sein du corps administratif, Fadilah Berrada avait décidé de tourner la page pour poursuivre sa passion et partager son art. Son premier atelier de couture à Casablanca ouvert en 1988, Fadilah s’était rapidement fait connaitre du grand public au cours de ses participations aux défilés de mode. Mais, c'est lors du grand événement de mode marocaine traditionnelle "Caftan 2000", que la styliste a fait sensation, comme le rappelle Média 24, en s'inspirant, pour ses caftans, des calligraphies de l'artiste algérien, Rachid Koraïchi.
LIRE AUSSI: