Le citoyen tunisien a été clairement humilié affirme le député des Tunisiens dans la circonscription Pays arabes et reste du monde Raouf El May

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le député élu dans la circonscription Pays arabes et reste du monde Raouf El May est revenu dans une interview accordée lundi à la radio Express Fm sur l'affaire de l'interdiction faite vendredi par les Emirats Arabes Unis d'interdire l'entrée des citoyennes tunisiennes sur leur territoire.

"J'aurai aimé qu'il y ait des excuses" présentées à la Tunisie, notamment vis-à-vis de la femme tunisienne mais également de la communauté tunisienne qui vit aux Émirats a regretté Raouf El May.

Si selon lui les relations tuniso-émiratienne sont "dans une période d'accalmie", il s'interroge sur les raisons de cette décision: ""Ils n'ont pas donné de raison et peut-être n'en donneront-ils jamais".

Le plus important selon lui, en sa qualité d'élu du peuple, reste le sort de la communauté tunisienne vivant aux Émirats Arabes Unis: "Combien cette décision va-t-elle durer? C'est ce qu'on aimerait savoir" s'est-il questionné avant d'ajouter: "Je ne veux pas dramatiser, mais la situation est difficile pour la communauté tunisienne aux Émirats".

Pour lui, il faut aujourd'hui trouver rapidement une alternative: "J'appuie cette décision des autorités tunisiennes, mais il faut qu'elle soit restreinte dans le temps ou y trouver une alternative" pour la communauté tunisienne qui voyage vers les Émirats ou d'autres pays de la région.

"20.000 tunisiens vivent aux Émirats, mais cette décision impacte aussi les 6000 tunisiens qui vivent à Oman et qui n'ont pas de vols directs" a précisé Raouf El May.

"Ce qui m'intéresse aujourd'hui, vis-à-vis de la communauté tunisienne aux Émirats, c'est (...) que cette décision soit provisoire et limitée dans le temps, qu'il y ai un adoucissement dans les positions pour trouver une solution" a-t-il répété.

Autre regret du député, l'absence de communication officielle des Émirats quant à l'origine de leur décision. Revenant sur la publication du ministre des Affaires étrangères émirati sur Twitter expliquant cette décision par des raisons sécuritaires, Raouf El May estime qu' "il s'agit d'un post sur les réseaux sociaux, ce n'est donc pas une position officielle".

"Les Émirats ont dit que c'était une décision technique (...), ce que je constate c'est qu'il y a eu discrimination. Quand tu as un problème sur la base d'une information sécuritaire -comme ils l'ont affirmé- (...) il fallait faire en sorte que l'interdiction touche tous les Tunisiens. Il fallait dire que durant cette période, les Tunisiens sont interdits de territoire aux Émirats. Pourquoi seulement axer sur la femme?" s'interroge-t-il ajoutant que "la femme tunisienne est une ligne rouge à ne pas dépasser".

Indiquant appuyer la "décision souveraine" de la Tunisie, Raouf El May affirme que "La décision de la Tunisie a été une décision technique, qui a été argumentée.(...) le gouvernement a défendu le citoyen tunisien qui a été clairement humilié".

"Personne ne pourra diviser le peuple tunisien" a-t-il ajouté.

Revenant sur le sort de la communauté tunisienne aux Émirats, le député conclu en indiquant qu' "Il y a actuellement une cellule de crise mise en place à l'ambassade tunisienne à Abu Dhabi et au Consulat à Dubaï" qui est en mesure de répondre aux questions des Tunisiens.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.