Un Palestinien décède de ses blessures après des heurts à Gaza

Publication: Mis à jour:
GAZA
GAZA CITY, GAZA - DECEMBER 22 : A Palestinian protester uses slingshot to throw at Israeli security forces during a demonstration against U.S. President Donald Trump's recognition of Jerusalem as Israel's capital, at Israeli border in Shuja'iyya neighborhood of Gaza City, Gaza on December 22, 2017. (Photo by Ali Jadallah/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Un Palestinien est décédé dimanche, neuf jours après avoir été blessé par des tirs israéliens lors d'une manifestation dans la bande de Gaza contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël, a indiqué le ministère de la Santé.

Mohammed Al-Dahdouh, âgé de 19 ans et originaire de la ville de Gaza, avait été blessé le 15 décembre lors d'une manifestation à la frontière avec Israël, a déclaré Achraf al-Qodra, porte-parole du ministère de la Santé à Gaza.

Sa mort porte à 12 le nombre de Palestiniens tués depuis le 6 décembre, date à laquelle le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d'Isrël, une décision qui a provoqué des manifestations dans les territoires palestiniens.

Dix manifestants sont morts lors d'affrontements avec les forces israéliennes, dont deux vendredi. Deux autres ont été tués dans une frappe aérienne israélienne plus tôt en décembre.

Le jour où Mohammed Al Dad a été blessé, quatre autres Palestiniens ont été tués lors des manifestations, dont Ibrahim Abou Thouraya, qui avait perdu ses jambes lors d'une attaque israélienne sur la bande de Gaza en 2008.

Il est mort d'une balle dans la tête tirée par un sniper, selon le ministère de la Santé dans l'enclave.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, s'est dit cette semaine "véritablement choqué" par la mort de ce Palestinien en fauteuil roulant et a réclamé une enquête "impartiale et indépendante".

L'armée israélienne a indiqué pour sa part que, selon une enquête préliminaire, il était "impossible de déterminer si Abou Thouraya a été atteint par les moyens anti-émeutes ou ce qui a causé sa mort".

Samedi, le général israélien Yoav Mordechai, chef du Cogat, l'organe du ministère de la Défense chargé de coordonner les activités israéliennes dans les territoires palestiniens, a réaffirmé qu'il n'y avait "pas de fondement aux faux rapports selon lesquels un sniper avait délibérément visé Abou Thouraya".

Il a dit sur Facebook avoir réclamé au Comité international de la Croix-Rouge qu'il fournisse toutes les informations sur son évacuation.

"Mettons un point final aux rumeurs, exagérations et mensonges", a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.