Ce trafiquant d'origine marocaine cachait de la cocaïne... dans des ananas

Publication: Mis à jour:
DROGUE ANANAS
EP
Imprimer

NARCOTRAFIC - La police nationale espagnole a arrêté, ce jeudi, le plus grand trafiquant de cocaïne de la région de Malaga et d'Afrique du Nord, d'après les autorités. L'homme, âgé de 72 ans, a caché près d'une tonne de poudre dans une cargaison d'ananas en provenance d'Amérique du Sud.

Plusieurs conteneurs en provenance de l'Équateur ont intrigué les policiers, la semaine dernière, au port d'Algésiras. Après plusieurs fouilles et inspections, ils ont trouvé plus de 960 kilogrammes de chlorhydrate de cocaïne cachés dans une cargaison d'ananas.

Quelques jours plus tard, un nouveau conteneur en provenance du Costa Rica est inspecté. Cette fois-ci, c'est à travers un système sophistiqué que le trafiquant a dissimulé une importante quantité de cocaïne dans des milliers de fruits. La drogue était pressée dans des cylindres recouverts de cire jaune et cachés à l'intérieur des ananas, ce qui la rendait extrêmement difficile à détecter. La police a du ouvrir tous les fruits pour extraire le stupéfiant.

L'homme utilisait le flux commercial d'une de ses compagnies pour exporter la drogue depuis l'Amérique du Sud par voie maritime. Il serait passé par plusieurs entreprises immobilières et financières pour "légaliser" son commerce et détourner les contrôles policiers et douaniers, rapporte le quotidien espagnol El Mundo.

La police aurait également arrêté une dizaine de personnes liées au trafic et saisi 180.000 euros en liquide, 200.000 euros de bijoux, 15 véhicules, deux pistolets, divers dispositifs de géolocalisation et des inhibiteurs de fréquence. Les enquêteurs ont par ailleurs bloqué 57 bâtiments d'une valeur de sept millions d'euros et plus de deux millions d'euros sur des comptes bancaires, poursuit le quotidien espagnol.

Un clan familial puissant

En octobre 2016, les autorités espagnoles ont découvert l'existence d'une organisation criminelle familiale, établie sur la Costa del Sol, qui avait réussi à monter une structure solide financée par du blanchiment d'argent et des bénéfices liés au trafic de cocaïne.

À la tête de cette organisation, le trafiquant, originaire du Maroc, s'était installé à Malaga dans les années 70, où il a commencé ses activités de trafic de drogue en introduisant du haschisch marocain en Espagne. Il se serait ensuite consacré au trafic de cocaïne et serait devenu le plus grand trafiquant de cette substance en Afrique du Nord, indiquent les autorités espagnoles dans un communiqué.

Le Marocain aurait créé un clan familial puissant et influent dans la région de Malaga. Quatre de ces fils et deux gendres étaient chargés de gérer ses activités délictuelles. Son organisation criminelle avait développé une grande infrastructure immobilière et financière, "avec une présence commerciale importante dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest entre les mains d'hommes d'affaires importants vivant sur la côte levantine", ajoute El Mundo.

Le clan possédait des moyens de sécurité très perfectionnés: appareils électroniques de dernière génération, communications cryptées et changement continu dans les véhicules utilisés en mouvement. Il se déplaçait à grande vitesse en convois de trois à quatre véhicules pour éviter la police.

LIRE AUSSI: