Qui est Ahed Tamimi, l'activiste palestinienne jugée pour avoir giflé des soldats israéliens

Publication: Mis à jour:
AHED TAMIMI
DR
Imprimer

PALESTINE - Âgée de 17 ans, la jeune activiste palestinienne a comparu aujourd'hui devant un tribunal militaire israélien. Son crime? Avoir bousculé et provoqué des soldats qui patrouillaient dans le village de Nabi Saleh, sous occupation israélienne. L'affront avait été filmé et la vidéo est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Les faits filmés se seraient déroulés devant la maison de la famille Tamimi, en marge d'une manifestation contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, vendredi dernier. Ahed et sa cousine Nour s'approchent de deux soldats israéliens appuyés sur un muret, les bousculent et leur donnent quelques coups pour les faire partir. Les soldats, armés et casqués, restent impassibles aux coups assenées et s'éloignent à reculons.

Dans la nuit de lundi à mardi, à 4h du matin, des soldats israéliens entrent dans la maison familiale de la jeune fille pour l'embarquer au poste de garde militaire, près de Ramallah. Ahed Tamimi a comparu ce mercredi 20 décembre devant un tribunal militaire. Sa mère et sa cousine Nour, qui étaient avec elle au moment des faits, auraient également été arrêtées.

Selon l’agence de presse palestinienne Maan, les soldats israéliens ont saisi des téléphones cellulaires, des organisateurs portables et des appareils photos au domicile de la jeune fille. D'après son père, Bassem Tamimi, les militaires auraient fait irruption dans la maison familiale avec "une extrême brutalité", auraient frappé Nariman Tamimi, la mère d’Ahed, ainsi que ses frères et sœurs, avant d'embarquer la jeune fille sans leur préciser où elle serait emmenée.

Le père a ajouté sur Facebook que sa fille était visée depuis qu’elle avait été attaquée par les médias israéliens, pour avoir protesté contre les soldats qui avaient abattu un adolescent de 14 ans d’une balle enrobée de caoutchouc à Nabi Saleh. Elle aurait pris la défense du jeune garçon, Mohammed Tamimi, plongé actuellement dans un coma artificiel.

Derrière l'apparence angélique de Ahed se cache une redoutable activiste qui n'a pas froid aux yeux. Elle se fait connaître, depuis son plus jeune âge, pour ses actes de résistance face à l'occupation israélienne. En 2012, une photo d'elle brandissant son poing sous le nez de soldats israéliens lui ont valu d'être reçue en 2012 par Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre turc.

En 2015, d'autres photos d'elle font le tour du monde et suscitent la curiosité des médias. On y voit l'adolescente et sa mère qui tentent de faire lâcher prise à un soldat plaquant son petit frère contre un rocher. Elle devient alors un symbole de la lutte contre l'occupation israélienne.

Aujourd'hui, elle risque sept ans de prison, selon Naftali Bennett, ministre israélien de l'Éducation. De quoi mobiliser la twittosphère où les messages de soutien se multiplient.

LIRE AUSSI: