Jérusalem: l'ONU votera à nouveau jeudi, Washington émet des menaces

Publication: Mis à jour:
UN GENERAL ASSEMBLY ISRAEL
Mike Segar / Reuters
Imprimer

JERUSALEM - L'assemblée générale de l'ONU est appelée à voter ce jeudi une nouvelle résolution rejetant la décision unilatérale des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

L'Egypte avait pris l'initiative de faire circuler un texte ce week-end, rappelant les positions de la communauté internationale sur le statut de la ville sainte. Lundi, 14 pays membres du Conseil de Sécurité de l'ONU se sont réunis afin d'examiner une résolution pour rejeter la décision unilatérale des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Washington a, sans surprise, usé de son droit de véto pour contester cette résolution et a mis en garde les États n'allant pas dans son sens. Nikki Halley, ambassadrice des États-Unis à l'ONU, a exprimé son mécontentement face à la réaction de la communauté internationale et a émis des menaces dans un tweet publié mercredi.

"A l’ONU, on nous demande toujours d’en faire plus et de donner plus. Alors quand nous prenons une décision, suivant la volonté du peuple américain, sur où situer NOTRE ambassade, nous ne nous attendons pas à ce que ceux que nous avons aidés nous ciblent. Jeudi, il y aura un vote critiquant notre choix. Les États-Unis noteront les noms", relève-t-elle dans ce message. Ce vote constituerait pour les Etats-Unis "une insulte et un camouflet que nous n’oublierons pas ", avait-elle par ailleurs lancé à l'ensemble des membres du Conseil de sécurité.

D'après l'AFP, Nikki Haley a renforcé cette menace dans une lettre qu’elle a adressée aux ambassadeurs à l’ONU de plusieurs pays. "Le président (Donald Trump) observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre nous (...) Nous prendrons note de chacun des votes sur cette question", a-t-elle averti.

La Turquie et le Yémen ont soumis le nouveau texte à débattre lors de l'assemblée générale de l'ONU qui se tiendra jeudi, au nom des pays arabes et de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI). Il reprend essentiellement les termes du texte proposé lundi au Conseil de sécurité avec quelques rappels des résolutions concernant Jérusalem adoptées par l'assemblée générale.

À la différence du Conseil de sécurité, il n’y a pas de droit de veto à l'assemblée générale de l'ONU et les textes qui y sont présentés n'ont pas de valeur contraignante.

LIRE AUSSI: