Le Parti Destourien Libre dépose une plainte contre Rached Ghannouchi pour liaison avec des organisations terroristes

Publication: Mis à jour:
ABIR MOUSSI
Facebook / Abir Moussi
Imprimer

Selon Abir Moussi, la présidente du parti destourien libre (PDL), la victoire de Yassine Ayari aux élections législatives partielles d'Allemagne montre un "retour des courants extrémistes aux postes de décision."

Suite à cela, elle a annoncé avoir déposé une plainte contre le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, et des dirigeants du parti sur la base des articles 31, 32, 34 et 36 de la loi antiterrorisme 26-2015, pour des crimes terroristes se traduisant par l'apologie de personnes ou d'organisations ayant un rapport avec le terrorisme, la mise de compétences à leur disposition, leur financement ou la collecte de dons en leur faveur.

Selon elle, la plainte vise le président d'Ennahdha et le dirigeant Abdelmajid Najjar en tant que président de la section de l'Union internationale des savants musulmans en Tunisie et Noureddine Khademi son vice-président, ainsi que tous ceux dont l'implication dans l'organisation de départ des jeunes vers les zones de conflit sera établie.

"Aujourd'hui, nous sommes en face d'une puissance parlementaire qui a des liens étroits avec des organisations terroristes, et cela constitue un grand danger, qui est passé sous silence, et qu'on se doit de dénoncer" a-t-elle déclaré.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Tunis, Abir Moussi a condamné la composition de ce qu'elle a appelé "la nouvelle Troïka", la qualifiant de "coalition contre nature", susceptible de favoriser le retour des courants extrémistes aux postes de décision.

Abir Moussi a également appelé à "fermer toutes les écoles coraniques non surveillée par l’État, et les organisations de radicalisation des femmes dans les régions rurales".

Le 24 aout dernier, le Parti Destourien Libre (PDL) avait saisi la justice au sujet de financement douteux du parti Ennahdha, qu'elle recevrait de la part du Qatar, appelant à l'audition de l'ancien ministre des Affaires étrangères Ahmed Ounaies qui aurait, selon un communiqué rendu public par le parti, des révélations dans ce cadre. L'affaire a été ensuite classée.

Des médias arabes avaient rapporté en novembre dernier, que l'Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l'Egypte et le Bahreïn ont inscrit l'Union des savants musulmans sur la liste des organisations terroristes.

LIRE AUSSI
Le porte plainte contre Ennahdha pour financements douteux

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.