Béji Caid Essebsi, "s'il n'a pas personnellement pris la décision, il l'a au moins validée": Le prince Moulay Hicham revient sur son expulsion de Tunisie

Publication: Mis à jour:
MOULAY HICHAM
Prince Moulay Hicham, cousin of Morocco's King Mohammed VI, is accompanied by his lawyer Abderrahim Berrada (L) as they leave the Ain Sebaa Court in Casablanca September 17, 2012. The Moroccan Prince has filed a lawsuit against Member of Parliament Abdelhadi Khairat on grounds of defamation. REUTERS/Macao (MOROCCO - Tags: POLITICS CRIME LAW) | Stringer . / Reuters
Imprimer

Expulsé sans raison claire de la Tunisie en septembre dernier, alors qu'il était venu participer à une conférence sur "la transition politique tunisienne, et les défis de la consolidation de la démocratie", le prince Moulay Hicham, cousin germain du roi marocain Mohammed VI, a déclaré dans une interview accordée au "Center for Middle Eastern Studies" de l'université de Harvard, qu'il n'y a désormais plus aucune relation qui le lie à l'institution royale marocaine, et qu'il n'a rencontré Mohamed VI pendant ces 20 dernières années que trois fois à l'occasion de rencontres publiques ou familiales.

"J'ai quitté le palais royal à sa demande et je bénéficie désormais de ma liberté" a-t-il ajouté.

Concernant son expulsion de la Tunisie, le prince Hicham affirme qu'elle n'était pas nécessairement liée au pouvoir marocain, bien que la possibilité qu'elle y soit intimement liée soit tout aussi plausible.

"Je dis ça parce que je n'ai pas de certitude sur l'instigateur de mon expulsion, même si je sais qu'un acteur extérieur exerce assez d'influence sur le gouvernement tunisien ainsi que sur la présidence, pour être en mesure de m'expulser" déclare-t-il.

"Le président tunisien a déclaré que les raisons de l'expulsion étaient administratives, mais je peux vous assurer que c'est faux. S'il n'a pas personnellement pris la décision, il l'a au moins validée" a-t-il déclaré avant d'ajouter "Je ne peux pas spéculer, mais tout ce que je sais est que les autorités marocaines ne s'y sont pas opposée, et n'ont demandé aucune explication au gouvernement tunisien. Aucune prise de position officielle non plus."

"Pour clarifier ma situation, je tiens à préciser que je me porte bien aux États-unis, un pays je considère comme ma deuxième patrie. J'entreprends en plus une expérience riche et stimulante à l'université de Harvard" a-t-il conclu.

Le 08 septembre dernier, le prince Moulay Hicham a été expulsé de la Tunisie.

Ce dernier a relaté les faits dans une interview accordée à France 24 où il a indiqué que des policiers de l'aéroport sont venus le chercher à son hôtel, lui disant qu’il y avait "un problème à résoudre concernant la douane".

Par la suite, il a été informé par un représentant d'Air France qu'on lui avait demandé de lui réserver une place dans le prochain vol pour Paris. "À ce moment, je me suis adressé aux policiers pour avoir une explication. Ils m'on dit qu'il s'agit d'une expulsion forcée" a-t-il souligné.

"Là, j'ai exigé un document justifiant mon expulsion, alors que je n'ai commis aucune infraction", a-t-il expliqué.

"Les policiers étaient embarrassés, ils ont évoqué oralement une 'décision de souveraineté' et ont finalement consenti à annuler sur mon passeport mon tampon d'entrée dans le pays", a-t-il précisé en exprimant son étonnement quant à la décision de le diriger en terre française plutôt qu'au Maroc, son pays d'origine.

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.