En vidéo, une Italienne dénonce le flou de la loi autorisant la mère à voyager avec ses enfants mineurs sans l'autorisation du père

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Pourquoi y'a t-il une loi et qu'on ne la respecte pas?!" a martelé une jeune maman italienne dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et adressée aux autorités tunisiennes.

Mariée à un Tunisien depuis quelques années, Giada Frana, a décidé de partager sa mésaventure dans une vidéo publiée sur sa page Facebook "Un'italiana a Tunisi" et dénoncer des cas de dépassements à l'égard des mères italiennes voulant voyager de la Tunisie avec leurs enfants mineurs sans autorisation de leur mari tunisien.

Giada a rappelé que selon la loi organique n°2015-46 du 23 novembre 2015 relative aux passeports et aux documents de voyage, la mère a le droit de partir en voyage avec son enfant mineur, et ce sans avoir l’autorisation du père. Cette loi qui a été adoptée le 10 novembre 2015 par les députés de l’Assemblée des représentants du peuple ne précise pas la nationalité de la mère. "C'est une loi qui s'applique sur les mineurs tunisiens, donc les mineurs tuniso-italiens y sont concernés" a -t-elle souligné en ajoutant que, d'après cette nouvelle réglementation, ces derniers peuvent voyager avec l'un des parents "peu importe leur nationalité". "La loi organique n° 2015 - 46 du 23 novembre 2015 n'est pas assez claire" a déclaré Giada dans une interview accordée au HuffPost Tunisie.

Qu'est ce qui a changé?

Depuis près de deux semaines, Giada a eu de nombreuses réclamations de mères italiennes qui se sont vues interdire de quitter la Tunisie avec leurs enfants mineurs, a-t-elle expliqué. Pire, certaines, même avec une autorisation, ont été obligées de prouver la présence du père à l'aéroport. "Il faut que le père arrive à l'aéroport pour confirmer cette autorisation" a-t-elle regretté. "Selon moi, cela témoigne d'un vrai manque de respect et de professionnalisme" a-t-elle ajouté. Pourtant, en août dernier, Giada a quitté la Tunisie sans pour autant été obligée de présenter une autorisation de la part de son mari. "Est-ce qu'il y a eu des des changements entre temps?" s'est-t-elle exclamé en appelant les autorités tunisiennes d'apporter des éclaircissements à ce sujet.

Est-ce une loi obsolète ?

En publiant sa vidéo, Giana espère obtenir une explication complète concernant cette nouvelle situation. Elle a expliqué que d'après ses recherches et ses connaissances, aucune modification n'a été apportée à cette loi. "On conteste à l'Etat tunisien de mettre en place une loi sans la respecter" a-t-elle encore déploré. D'après elle, deux explications sont plausibles: "soit la police douanière ignore la loi, soit elle veut du Bakchich".

Giana s'est montrée confuse ne comprenant pas ce que les mères étrangères peuvent faire dans de telles situations. "Est-ce on a encore besoin de cette autorisation?" s'est-elle demandé en précisant que certains policiers ont précisé que cette loi ne s'applique qu'aux mères tunisiennes.

"Jusqu'à présent, j'ai reçu près de dix plaintes" a-t-elle déploré en indiquant qu'après la diffusion de sa vidéo "plusieurs ont réagi et ont témoigné la même chose". Elle a, par ailleurs, évoqué des cas de kidnapping. Elle fait savoir qu'elle a été contactée par une Française dont la fille a été kidnappée par son père tunisien. Et d'ajouter qu'un autre Tunisien dont sa fille a été enlevée par sa femme étrangère l'a aussi contactée.

"Mon combat continue pour avoir des réponses claires" a-t-elle indiqué en précisant qu'elle est en train de contacter l'ambassade italienne pour dénoncer ces dépassements, selon ses dires.

Que dit la loi?

Contacté par le HuffPost Tunisie, l'avocat Sofiene Ben Slama a précisé que selon cette loi datant de 2015 rien n'empêche une mère de voyager avec son enfant mineur sans l'autorisation du mari. Il a précisé, par ailleurs, que cette loi n'est valable qu'à condition que le contrat de mariage soit fait en Tunisie et donc assujetti à la loi tunisienne.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.