Le maire de Misrata, troisième ville de Libye, enlevé et tué

Publication: Mis à jour:
MISRATA HOSPITAL
A general view taken on August 17, 2016, shows the accident and emergency entrance of the Central Hospital in Misrata where some pro-government fighters loyal to the Government of National Accord (GNA) injured in battles against Islamic State (IS) group jihadists in the eastern city of Sirte, are taken for treatment. Lack of capacity at the main hospital in Misrata treating Libyan pro-government fighters wounded in the battle to oust Islamic State from Sirte is prolonging the fighting, say medic | STRINGER via Getty Images
Imprimer

Le maire de Misrata, troisième plus grande ville de Libye, a été tué dimanche soir après avoir été enlevé par des inconnus, a-t-on appris lundi auprès d'une source des services de sécurité de la ville.

Mohamad Eshtewi a été poursuivi et enlevé à sa sortie de l'aéroport de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli, a affirmé cette source sous couvert de l'anonymat, précisant que le cadavre avait ensuite été abandonné dans une rue.

L'hôpital de la ville a confirmé avoir reçu le corps du maire, qui portait des impacts de balles.

Son frère, qui se trouvait dans le même véhicule au départ de l'aéroport, a été blessé mais ses jours ne sont pas en danger, selon la même source de sécurité.

M. Eshtewi rentrait d'un voyage officiel en Turquie, en compagnie d'autres membres du Conseil municipal, tous élus en 2014 et dont le mandat doit expirer fin 2018.

Sur son compte Twitter, l'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a exprimé "sa profonde tristesse et sa ferme dénonciation" de ce meurtre.

Misrata, cité portuaire d'environ 400.000 habitants, est considérée comme l'une des villes les plus sures de Libye.

Elle compte les groupes armés les plus puissants du pays et avait joué les premiers rôles dans la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ainsi que dans la libération en 2016 de Syrte, alors aux mains du groupe Etat islamique (EI).

En octobre, un attentat suicide revendiqué par l'EI avait fait quatre morts dans un complexe judiciaire de Misrata.

La Libye a sombré dans le chaos après la chute de la dictature de Mouammar Kadhafi, des autorités rivales, à Tripoli et dans l'est du pays, et de nombreuses milices s'y disputant le pouvoir.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...