L'ONU pourrait rejeter la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem capitale d'Israël

Publication: Mis à jour:
UN SECURITY COUNCIL
The United Nations Security Council meets on North Korea's nuclear program at U.N. headquarters in New York City, New York, U.S., December 15, 2017. REUTERS/Brendan McDermid | Brendan McDermid / Reuters
Imprimer

JÉRUSALEM - Après concertation, des ministres arabes des Affaires étrangères ont appelé à réunir le Conseil de Sécurité de l'ONU ce lundi afin d'examiner une résolution pour rejeter la décision unilatérale des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. L'Egypte aurait pris l'initiative de faire circuler un texte ce week-end rappelant les positions de la communauté internationale sur le statut de la ville sainte.

La décision du président américain Donald Trump avait provoqué la colère des Palestiniens et des manifestations dans le monde musulman.

D'après l'AFP, le projet de résolution souligne que le statut de la ville sainte "doit être résolu par la négociation" et fait part de "profonds regrets" concernant la décision prise .

Le texte affirme aussi que "toute décision ou action visant à altérer le caractère, le statut ou la composition démographique" de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée par des mesures pertinentes du Conseil de Sécurité."

Israël considère la ville comme sa capital éternelle et indivisible et souhaite que toutes les ambassades y soient basées. Les Palestiniens veulent que le secteur est de la ville, annexé par Israël depuis 1967, soit la capitale d'un Etat Palestinien indépendant.

Une résolution avait déjà été proposée au Conseil de Sécurité de l'ONU en décembre 2016 et soulignait "qu'elle ne reconnaîtrait aucun changement aux frontières du 4 juin 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, autres que celles convenues par les parties au moyen de négociations". Elle avait été approuvée par 14 voix mais l'administration de l'ancien président américain Barack Obama s'était abstenue de voter.

Les membres du Conseil de Sécurité s'attendent à ce qu'elle soit également rejetée cette année par un véto des Etats-Unis mais elle devrait cependant isoler Donald Trump sur le problème de Jérusalem.

LIRE AUSSI: