Sur fond de divergences, les partis politiques se réunissent aujourd'hui pour discuter de la date et du processus des élections municipales

Publication: Mis à jour:
TUNISIA VOTE
A picture taken on August 4, 2017 shows employees of the Tunisian ISIE elections body sitting at an outreach booth at a shopping mall in the capital Tunis, in a bid to encourage citizens to register to vote in the upcoming municipal elections, due in December 2017. / AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Suite à la demande d'Ennahdha, de Nidaa Tounes et de l'UPL de reporter les élections municipales, dix partis politiques avaient appelé l’ISIE à organiser, dans les plus brefs délais, une réunion de concertation avec tous les partis pour définir la feuille de route pour les élections municipales.

Ainsi, l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) organise ce samedi une rencontre de concertation sur le processus des élections municipales.

Les différents acteurs politiques prendront part à cette rencontre qui se déroulera en présence des représentants de la présidence de la République, du gouvernement et du parlement.

La réunion se tient sur fond de vives divergences de vues entre partis politiques et membres de la société civile autour de la date des élections.

Lire aussi
Report des municipales: Des partis d'oppositions refusent, la société civile partagée

Alors que les représentants d'Ennahdha, de Nidaa Tounes et de l'Union patriotique libre (UPL) proposent une nouvelle date consensuelle qui ne dépasse pas le 20 mai 2018 (avant le mois de Ramadan), la coordination des 10 partis (Afek Tounes, "Al-Massar", Al-Badil, Machrou Tounes, La Tunisie d’abord, Al-Joumhouri, Al-Moubadara, Al-Moustaqbel, le parti du Travail patriotique et démocratique et parti de la Rencontre destourienne) avait émis des réserves sur la publication par l’ISIE du calendrier des municipales sans avoir consulté au préalable les partis politiques et les différentes parties concernées.

Pour l'Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (ATIDE), le report ne sert ni l’intérêt des Tunisiens, ni l’intérêt du pays, encore moins celui du processus de transition démocratique qui ne sera parachevé qu’une fois installée la démocratie participative.

Selon sa présidente, Leila Chraibi, le report des municipales aura un impact majeur sur l’image de la Tunisie et portera préjudice à la réputation de l’Instance supérieure indépendante pour les élections.

Le coordinateur général du Réseau Mourakiboun, Rafik Halouani, pense, au contraire, que le report de la date des élections permettra à l'ISIE de mieux se préparer et de combler la vacance au sein de son équipe administrative, préconisant une meilleure entente entre les membres de l'instance.

A noter aussi que le Mouvement Tounes Al-Irada avait réaffirmé son soutien total à l’indépendance et à la neutralité de l’ISIE "face aux pressions exercées par la coalition au pouvoir". Il a également dénoncé les tentatives de certaines forces nationales de reporter les élections municipales à dessein de déstabiliser l’Instance et d’entraver son bon fonctionnement, dénonçant "une grave violation de la Constitution et de l'Etat de droit".

Le président du Parti "Al Badil", Mehdi Jomaa, insiste, lui aussi, sur le maintien de la date des municipales, soulignant, cependant, la nécessité de réunir les conditions devant assurer le transfert de la prise de décision au pouvoir local dont notamment, la promulgation du Code des collectivités locales.

Le parti "Al Bina" a publié une déclaration à l'issue de sa rencontre avec plusieurs partis de l'opposition dans laquelle il affirme le refus total des agissements du président de la république et du chef du gouvernement pour bloquer les élections.

Dans la semaine, les membres de l'ISIE ont été reçus au palais du gouvernement à la Kasbah. A l'issue de l'entretien, le membre Farouk Bouasker a déclaré que le chef du gouvernement avait appelé à la nécessité de se concerter davantage avec les partis sur la date appropriée pour les municipales et ses préparatifs, faisant observer que "le gouvernement ne présente pas des propositions à ce sujet mais soutient l'instance dans ses décisions".

La semaine dernière, le président de l'ISIE, Mohamed Tlili Mansri, avait assuré que l'instance est à pied d'œuvre pour tenir les élections municipales à la date prévue du 25 mars 2018 sans toutefois écarter un éventuel report de cette date à la lumière des résultats des concertations avec les partis politiques.

Il a affirmé la disposition de l'ISIE envisage à élargir les concertations à la majorité des partis sans exclusion. Le conseil de l'instance décidera, en fonction des résultats de ses concertations avec les partis politiques, de changer ou de maintenir la date du 25 mars 2018 pour l'organisation des élections.

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.