Décès de l'historien Gilbert Meynier, spécialiste de l'histoire de l'Algérie

Publication: Mis à jour:
GILBERT MEYNIER
Editions Barzakh
Imprimer

'historien français Gilbert Meynier, spécialiste de l'histoire de l'Algérie et de la guerre de libération, est décédé mercredi à Lyon à l'âge de 75 ans, a-t-on appris jeudi auprès de ses proches.

Ce grand militant contre la guerre coloniale est connu pour ses nombreux écrits sur l'histoire de l'Algérie, dont le dernier édité en France (2010) "L'Algérie, cœur du Maghreb classique. De l'ouverture islamo-arabe au repli (698-1518), chez La Découverte.

Il a édité notamment, avec la collaboration de l'historien algérien Mohammed Harbi, "Le FLN, document et histoire 1954-1962" chez Fayard en 2004.

L'historien Benjamin Stora a estimé, sur sa page Facebook, que le décès du "grand historien" de l'Algérie, est une "terrible et cruelle nouvelle", rappelant que le défunt était présent à Vaulx en Velin en octobre dernier pour la journée d'hommage du 17 octobre 1961.

Il venait de perdre, il y a un peu plus d'un mois, son épouse Pierrette.

Gilbert Meynier a été, après l'indépendance de l'Algérie, moniteur dans le cadre du programme d’alphabétisation engagé par l'Etat algérien, avant d'enseigner à l’université de Constantine durant trois ans.

Un de ses amis, le prêtre français de l’archidiocèse de Lyon, Christian Delorme, a écrit dans un message à toutes les connaissances de l’historien et sa famille, que Gilbert Meynier était "un grand historien, dont l’œuvre consacrée aux Algériens et à l’Algérie s’avère d’une richesse immense, unique, inégalée".

"Les hommes et femmes d’Algérie et de France n’ont pas encore pris toute la mesure de cette œuvre, mais je suis convaincu que viendra le temps où ils lui en seront infiniment gré, et de façon durable", a-t-il ajouté.

Dans un post sur son compte facebook, l’écrivain et journaliste Yassine Temlali dont le livre "La genèse de la Kabylie. Aux origines de l’affirmation berbère en Algérie", a été révisé et préfacé par l'historien, a exprimé toute la gratitude qu'il avait pour ce grand homme. "Gilbert Meynier s’en est allé. Je ne saurais lui rendre hommage mieux que ne le feraient ses ami(es) les plus proches. J’aimerais juste rappeler, dans cet espace virtuel et fuyant, l’homme généreux qu’il était. J’ai fait sa connaissance en 2010, dans un échange de courriers suite à un article qu’il avait publié dans El Watan sur les "intégrismes identitaires" dans lequel il se référait à un texte que j’avais écrit sur ce sujet, dans le même journal. Cet échange a inauguré une relation d’amitié qui aura duré jusqu’à son décès, hier. Gilbert Meynier a accepté de relire la "La genèse de la Kabylie. Aux origines de l’affirmation berbère en Algérie", chapitre après chapitre, au fur et à mesure de sa rédaction, me prodiguant, sans compter, avec la minutie qu’on lui connaît, conseils avisés et critiques pertinentes. Il a aussi accepté de préfacer ce livre, avec cette gentillesse, aussi discrète que spontanée, qui était la sienne. Durant toutes ces dernières années, nous sommes restés en contact régulier, et dans sa lutte courageuse contre le cancer, il n’a jamais omis de nous tenir informé de son état santé qui, nous rassurait-il, s’améliorait, si bien qu’il espérait reprendre la rédaction interrompue de son "Histoire générale de l’Algérie" et pourquoi pas entreprendre un voyage en Egypte. La nouvelle de sa disparition, 40 jours après le décès brutal de son épouse Piererette Meynier, n’en est que plus terrible pour ceux et celles qui l’ont connu. Paix à son âme, et que son souvenir demeure impérissable."

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...