La ministre des Télécoms reconnait qu'il est impossible de "bloquer" le jeu de la "Baleine Bleue"

Publication: Mis à jour:
HOUDA FERAOUN
Algerian Communications Minister, Houda-Imane Feraoun, attends a parliamentary session to adopt a package of constitutional reforms on February 7, 2016, in the capital Algiers. Algeria's parliament adopted the constitutional reforms that authorities say will strengthen democracy, but opponents doubt it will bring real change.The reforms are meant to address longstanding public grievances in the North African nation, and possibly to prepare for a smooth transition amid concerns over the health of | FAROUK BATICHE via Getty Images
Imprimer

La ministre algérienne des télécommunications a fini par expliquer hier à Alger à ses collègues du gouvernement qui ont décrété que l’Algerie allait “bloquer” le jeu de la “baleine bleue” qu’il était techniquement impossible de le faire: “il n'y a pas un site précis du jeu de la "baleine bleue" que l'on puisse bloquer” affirmant qu’il fallait plutôt que les parents contrôlent les activités de leurs enfants sur Internet.

Mme Houda Feraoun a affirmé que l’Algérie “possède tous les moyens pour bloquer les sites dangereux, mais il est impossible de bloquer ce type de jeux qui n'a pas un site précis” car le téléchargement, a-t-elle encore ajouté, de ce type de jeux "est possible sur les réseaux sociaux".

Rappelons que le ministre de la Justice algérien Tayeb Louh avait annoncé lundi qu'il avait ordonné le blocage du jeu de la “Baleine bleue”, et ce, en réponse à une rumeur selon laquelle les adolescents algériens qui jouaient à ce jeu encouraient le danger d’attraction au suicide.

La seule solution pour protéger les enfants des risques d'Internet est "la sensibilisation des enfants et la nécessité pour les parents de contrôler leurs activités sur la toile", a estimé Mme Feraoun.

Lire aussi: Le gouvernement sait bloquer un jeu inexistant, mais sait-il guérir le désespoir des ados?

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.