Un Marocain arrêté à Melilla pour avoir dissimulé un migrant de 12 ans dans son véhicule

Publication: Mis à jour:
MELILLA MIGRANT
Twitter
Imprimer

ARRESTATION - L'information est rapportée ce samedi par de nombreux médias espagnols, dont El Periodico. C'est hier après-midi, entre l'enclave espagnole de Melilla et la douane de Beni Ansar, que la Guardia Civil a procédé à l'arrestation d'un Marocain de 65 ans. Ce dernier est accusé d'avoir dissimulé derrière le tableau de bord de son véhicule un passager mineur. Sans-papiers, l'enfant dit être âgé de 12 ans et originaire de Guinée Conakry.

C'est lors d'un contrôle de routine que la découverte a été faite. Une découverte surprenante au regard du "véhicule haut de gamme et en très bon état" qui dissimulait l'enfant, reconnait un porte-parole de la police. Immatriculé au Maroc, le véhicule de marque BMW modèle X-5 a été inspecté sans suspicion particulière, jusqu'à ce qu'un appareil en mesure de détecter la fréquence de battements cardiaques n'indique une présence humaine dans le véhicule.

La Guardia civil indique avoir alors mené un examen plus exhaustif du véhicule, jusqu'à ce que l'un de ses membres ne "glisse sa main derrière le tableau de bord et sente le corps d'une personne", poursuit la même source. Le jeune migrant a pu alors être libéré et ausculté. Présentant des signes de transpiration, de respiration agitée, d'engourdissement et de désorientation, il a été transféré au centre des mineurs de Purísima de Melilla.

Le conducteur détenu sera présenté aux autorités judiciaires de la ville en tant qu'auteur présumé d'un crime contre les droits des citoyens étrangers, indique-t-on. "Les mafias ne ménagent pas leurs efforts pour rechercher de nouveaux 'modus operandi' dans le seul et méprisable objectif de s'adonner au trafic d'êtres humains en échange de profits économiques, en utilisant, dans ce cas, des véhicules haut de gamme pour éviter de susciter des soupçons et tromper ainsi les gardes civils en service", dénonce le porte-parole de la Guardia civil.

Les passeurs usent souvent de cette méthode pour transporter des migrants, dissimulant à bord de véhicules ceux qui espèrent rejoindre l'Espagne via le Maroc. En novembre dernier, une voiture immatriculée au Maroc avait ainsi forcé le passage frontalier de Melilla, avec deux migrants dissimulés à son bord. Le conducteur avait pris la fuite dans les rues de Melilla, abandonnant la voiture et les deux sans-papiers à son bord, avant que la police espagnole ne les délivre. En septembre 2016, ce sont quatre migrants subsahariens qui étaient dissimulés sous les sièges d'une voiture.

LIRE AUSSI: