La Tunisie compte lancer son propre satellite à l'horizon 2025, annonce le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Publication: Mis à jour:
SPACE SATELLITE
Space Station Orbiting Planet Earth. 3D Illustration. | 3DSculptor via Getty Images
Imprimer

Le programme spatial tunisien, élaboré par des compétences tunisiennes, œuvre actuellement au lancement d’un satellite tunisien à l’horizon 2025, a annoncé mercredi à Monastir, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalil Laamiri.

Ce satellite renferme plusieurs applications dans différents domaines dont la sécurité, la planification urbaine, l’agriculture et l’environnement, a-t-il signalé.

Les services de ce satellite peuvent être commercialisés à l’échelle régionale, a encore déclaré Laamiri en marge des travaux du colloque scientifique organisé à l’école nationale d’ingénieurs à Monastir, précisant que plusieurs pays avaient, déjà, lancé leurs satellites dont sept pays africains.

Evoquant les bureaux de transfert de technologie (BuTT) installés au sein des universités, le secrétaire d’Etat a souligné qu’un texte de loi relatif à la structure organisationnelle de l’université, chargée de la formation, de la recherche et de l’innovation sera publié dans les plus brefs délais.

Le secrétaire d’Etat a confirmé que les structures organisationnelles au sein des universités seront révisées, soulignant que le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a entamé la réforme sur ce plan.

La transformation de la faculté en établissement public à vocation scientifique et technologique lui permettra de bénéficier d’une autonomie administrative et financière, a-t-il encore ajouté.

Cette transmutation aidera à gérer les bureaux de transfert de technologique qui bénéficieront d’une unité de veille et d’un spécialiste en droit, a-t-il expliqué.

Le ministère de l’enseignement supérieur a entamé depuis six mois le financement concurrentiel et l’instauration de l’académie des nouveaux métiers pour la recherche et l’innovation, outre la mise en place de plateformes technologiques, a notamment rappelé Laamiri.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.