Sécurité de l'information dans la région MENA: L'Internet des objets intégré au modèle de protection de l'entreprise

Publication: Mis à jour:
MENA ISC 2017 1
DR
Imprimer

La cinquième conférence sur la sécurité de l'information au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA ISC 2017, MENA Information Security Conference), qui s'est achevée récemment à Riyad, et qui a accueilli plus de 400 professionnels de la cybersécurité, s’est concentrée sur les défis menaçant l’Internet des objets et les répercussions sur les services en ligne économiques, médicaux, gouvernementaux, financiers et autres activités vitales.

Au cours de l’allocution d’ouverture des travaux de la conférence, le PDG de VirtuPort, une entreprise basée en Jordanie, spécialisée dans la fourniture et intégration des solutions de sécurité de l’information, et organisateur de la conférence, Samer Omar, a tiré la sonnette d’alarme sur la gravité de l'escalade des attaques et risques cybernétiques liés à l'Internet des Objets (IoT, Internet of Things), qui selon lui constituent une menace pour les intérêts économiques des pays.

Samer Omar a ainsi appelé à plus d'investissements dans des projets de prise de mesures préventives très avancées pour contrer les menaces cybersécuritaires et surtout à considérer que la protection des réseaux devient un enjeu de sécurité nationale. De nombreuses entreprises internationales spécialisées dans la sécurité de l'information et la lutte contre les cybermenaces ont assisté à la conférence, soulignant l'importance de promouvoir des mesures préventives efficaces qui renforceront systématiquement tout programme de sensibilisation à la cybersécurité grâce à la gestion d'unités professionnellement qualifiées.

Dans un article intitulé « Construire un monde d’Internet d’objets sécurisé », Donald Andy Purdy, chef de la sécurité chez Huawei Technologies aux États-Unis, a révélé que 80% des appareils utilisent des mots de passe simples, 70% des connexions ne sont pas cryptées, prévenant qu’à l’avenir, de nouveaux terminaux mobiles, comme les voitures connectées ou les drones, peuvent être exposés à des environnements non contrôlés et non sécurisés.

"D'ici à 2020, plus de 50 milliards d'appareils seront connectés à Internet, ce qui générera des revenus de 7 billions de dollars. L'Internet des objets améliorera la qualité de vie, consolidera la connectivité des sociétés dans le monde, transformera ce que nous faisons et la manière avec laquelle nous le faisons", a indiqué le chercheur en chef de Huawei, avant de passer en revue les problèmes rencontrés en matière de protection de la vie privée, de sécurité domestique et de sécurité industrielle.

Aussi, Purdy a révélé dans sa publication dédiée à cette 5e conférence sur la sécurité de l'information (MENA ISC 2017) que 54% des décideurs en matière de technologies de la sécurité numérique sont préoccupés par les risques associés à l’Internet des objets dans son exploitation au niveau des entreprises et institutions.

Des cyberattaques très sophistiquées

De son côté, Mohamed Al-Moneer, Directeur régional pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord chez l’entreprise A10 Networks, une société californienne spécialisée dans le développement des applications réseaux, a noté dans son article intitulé «Implications, techniques et mesures efficaces des attaques par déni de service (DDoS)» qu'OVH, la compagnie française de cloud computing, a été exposée à 1 téraoctets par seconde d'attaques DDoS (attaques par déni de service). Estimant que le volume de ce genre d’attaques a quadruplé en une année, atteignant une croisse de 307%, et précisent aussi que les dépenses consacrées à la protection contre ces attaques augmenteront de 74% au cours des six prochains mois.

Par ailleurs, George Patsis, Directeur Général d'Obrela, une compagnie britannique spécialisée dans la prédiction, l’identification et la prévention des cyber-menaces en temps réel, a révélé, dans sa communication, que les 3 milliards d'utilisateurs d'Internet et les 40 milliards d'appareils disposant d’une adresse IP seront de plus en plus exposés à des cyberattaques très sophistiquées. M. Patsis a également indiqué que d’ici 2019, les dépenses mondiales consacrées à la protection de l'information augmenteraient de 117,4 milliards de dollars et que celles destinées à la cybersécurité atteindraient 1 billion de dollars entre 2017 et 2021.

Charbel Sarkis, ingénieur principal des systèmes chez Fortinet, fournisseur américain des solutions de cybersécurité, a expliqué dans sa communication que 51% des entreprises avaient été piratées l'année dernière ».

Quant à la communication de Ramy Al-Damati, ingénieur en cybersécurité chez Kaspersky Lab, dressant un état des lieux sur l'évolution des taux de nouveaux virus dans le monde depuis 1994, passant d’un virus par heure à cette année, à un nouveau virus chaque minute en 2006, et à un virus chaque seconde en 2011. En 2017, Kaspersky Lab a dénombré 323.000 nouveaux échantillons de virus par jour.

La conférence annuelle sur la sécurité de l'information au Moyen-Orient et en Afrique du Nord se tient pour la troisième fois en Arabie saoudite. Les participants ont salué l'annonce, par Riyad, d'une nouvelle Commission de cybersécurité, une étape stratégique qui arrive à un moment critique, après les récentes attaques contre les systèmes d’information de ce pays.

Selon le PDG de VirtuPort, Samer Omar, la conférence a atteint ses objectifs de promouvoir une société avancée dans le secteur technologique et d'améliorer les opportunités de rencontre entre les hauts dirigeants politiques et les experts dans le domaine de la sécurité de l'information.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.