Espagne: Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue, 5,1 tonnes de haschich (et un petit avion) saisis

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
Guardia Civile
Imprimer

TRAFFIC - La police nationale espagnole a annoncé ce jeudi 7 décembre le démantèlement de "l’un des plus grands réseaux de trafic de drogue opérant dans le sud de l’Espagne", lors d’une opération qui s’est soldée par la saisie de 5,1 tonnes de haschich.

Cette opération, menée en collaboration avec la Garde civile et les Douanes espagnoles, a été marquée par l’arrestation de 14 personnes et la saisie de matériel électronique et de télécommunications, de six embarcations, de motos aquatiques, d’un hélicoptère, d’un petit avion et de diverses armes à feu et munitions, comme vous pouvez le voir dans la video ci-dessous:

Dans un communiqué, la police fait également savoir que les membres du réseau criminel, dont le chef était un entrepreneur de Huelva (Sud), avaient entamé les démarches nécessaires pour la mise en place d’un aéroclub. Une entreprise qu’ils comptaient utiliser pour introduire de la cocaïne en Espagne à l’aide d’hydravions.

L’enquête ayant permis le démantèlement de ce réseau a démarré il y a 22 mois, lorsque les services de police ont réussi à mettre la main sur 2,7 tonnes de haschich et ont arrêté trois personnes qui transportaient cette cargaison de drogue d’une plage de Huelva, où elle avait été débarquée vers un entrepôt.

Cette saisie avait mis les enquêteurs sur la piste d’un réseau de trafic de drogue qui opérait au niveau national et international.

Des moyens technologiques sophistiqués

Le réseau démantelé avait deux structures principales : la première se chargeait des aspects financiers (recouvrement et blanchiment d’argent, financement des activités délictuelles…), alors que la seconde s’occupait du transport, stockage et distribution du haschich.

En effet comme l'explique le journal espagnol el Priodico, ces derniers avaient mis en place un système avec leurs fournisseurs digne d'une grande entreprise de distribution: "Une fois le haschich introduit en Espagne, où il était distribué et vendu, l'organisation recevait un code d'un téléphone marocain, également imprimé sur les ballots de marchandises, qui indiquait le montant payé et la qualité de la marchandise. De cette façon, ils savaient quel article distribuer à chacun de leurs clients".

Cette seconde structure disposait de moyens technologiques sophistiqués pour l’identification et la surveillance des véhicules de la police, souligne le communiqué.

LIRE AUSSI: