La Tunisie demande a être retirée "dans les plus brefs délais" de la liste des paradis fiscaux de l'Union Européenne

Publication: Mis à jour:
KHEMAIES JHINAOUI
Tunisian Foreign Affairs minister Khemaies Jhinaoui arrives for a signature of an agreement between European Union and Tunisia at the EU Council building in Brussels, on May 11, 2017. / AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER (Photo credit should read THIERRY CHARLIER/AFP/Getty Images) | THIERRY CHARLIER/AFP/Getty Images
Imprimer

La Tunisie a exprimé mercredi son mécontentement de se retrouver dans la liste des 17 paradis fiscaux publiée mardi par l'Union Européenne en marge d'une réunion des ministres des Finances de l'Union Européenne à Bruxelles.

Le ministère des Affaires étrangères tunisien a publié un communiqué dans lequel il demande à l'U.E de revenir sur sa décision dans "les plus brefs délais" indiquant être "étonné et mécontent" que la Tunisie se retrouve dans cette liste.

Selon la diplomatie tunisienne, le fait que la Tunisie se retrouve sur la liste des paradis fiscaux "ne reflète pas les efforts faits pour se conformer aux exigences internationales de transparence fiscale, y compris en s'engageant, en tant que partenaire, dans le cadre inclusif des actions visant à réduire l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (BEPS)".

Par ailleurs, "la Tunisie a fourni aux compétences techniques de l'Union Européenne, tous les documents concernant la conformité du système fiscal tunisien aux principes du Code de conduite européen dans le domaine de la fiscalité" indique le communiqué ajoutant "demander la révision de cette classification dans les plus brefs délais".

Mardi, les ministres européens des Finances réunis à Bruxelles ont validé une liste de 17 pays qualifiés comme paradis fiscaux parmi lesquels se trouve la Tunisie.

La Tunisie avec le Panama et les Émirats arabes unis ont d'après le journal Le Monde "envoyé de nouveaux engagements de dernière minute" refusés par les ministres compte tenu de leur annonce tardive.

Le journal rapporte toutefois qu'ils "seront éventuellement sortis de la liste dans les semaines qui viennent si leurs engagements sont jugés sérieux".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.