UNESCO: La "Taskiwin", danse martiale du Haut-Atlas en danger

Publication: Mis à jour:
TASKIWIN DANSE
© Association Targa-Aide/UNESCO
Imprimer

PATRIMOINE - La "Taskiwin", cette danse aux allures d'art martial caractéristique du Haut-Atlas occidental, a été inscrite ce mercredi au patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l'UNESCO, lors d'une réunion du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine à Jeju, en Corée du Sud.

La "Taskiwin" consiste à faire vibrer les épaules des danseurs au rythme des tambourins et des flûtes", explique l’UNESCO dans un communiqué. Cette danse essentiellement masculine, qui tire son nom de la corne à poudre que porte chaque danseur sur son épaule gauche (tiskt), nécessite la participation d’une vingtaine d’hommes. Les mouvements qu'ils effectuent et les rythmes adoptés restituent des épisodes guerriers, d'héroïsme et de bravoure, s'accompagnent de chants et mettent en avant la cohésion des tribus.

L'UNESCO fait observer dans son communiqué que cette pratique est menacée par différents facteurs, notamment "la mondialisation, le dénigrement croissant des pratiques patrimoniales traditionnelles par les jeunes et un déclin de l’artisanat associé à la danse".

"On a néanmoins pu observer au cours des deux dernières décennies une prise de conscience collective accrue au sein des communautés, et la création d’associations dédiées afin de sauvegarder la pratique", a relevé l'organisation.

D'autres pays comme le Botswana, la Colombie, le Vénézuela, la Mongolie, la Turquie et les Emirats arabes unis ont vu certaines de leurs pratiques culturelles inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Figurer sur cette liste permet aux Etats parties à cette Convention de l’UNESCO de mobiliser la coopération et l’assistance internationales nécessaires pour permettre aux communautés de faire vivre et de transmettre leur patrimoine culturel immatériel.

Le Comité, formé par les représentants de 24 États, assure le suivi de la mise en œuvre de cet instrument juridique ratifié par 175 États qui ont intégré la sauvegarde du patrimoine immatériel dans leurs législations nationales.

LIRE AUSSI: