Le ministère de l'Éducation a besoin de plus de 14.000 enseignants, selon le ministre Hatem Ben Salem

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Lors de la séance de discussion du budget du ministère de l'Éducation à l'ARP, le ministre Hatem Ben Salem a déclaré qu'à cause des changements apportés en 2016 aux horaires des études, le ministère s'est retrouvé en manque sévère d'enseignants, estimé à plus de 14.000 postes.

Ben Salem a par ailleurs souligné l'incapacité des moyens financiers publics à combler ce manque "énorme" d'enseignants et remédier à ce problème.

Il a particulièrement pointé du doigt la réduction du nombre d'heures d'enseignement dans les écoles primaires.

Le ministre a également dénoncé des recrutements effectués, selon lui, suite à des pressions sociales et non sur une base pédagogique. "Je ne suis pas en train de dire que les recrutements et les décisions prises dans le cadre de l'amnistie générale, sont à l'origine de la dégradation du niveau de l'enseignement en Tunisie" a-t-il ajouté.

Selon Ben Salem, 1300 bénéficiaires de l'amnistie enseignent actuellement, et il ne reste plus que 80 cas en cours de régularisation par le ministère de l’Éducation.

Par ailleurs, Ben Salem a annoncé que pas moins de 549 établissements scolaires nécessitent des travaux de maintenance immédiats, et que 600 établissements sont dépourvus d'eau potable, qualifiant l'état des infrastructures scolaires de "catastrophique".

Il a également annoncé qu'une carte d'identification des points noirs en matière d'infrastructure sera établie afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires pour les traiter.

En marge d’une conférence sur "l’alimentation scolaire et son rôle dans l’intégration scolaire et sociale" donnée le 24 novembre dernier, Hatem Ben Salem avait promis d'engager "une véritable révolution dans le système éducatif".

LIRE AUSSI
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.