Le pétrole en légère hausse, les marchés soufflent après l'Opep

Publication: Mis à jour:
OIL PRICES
silhouette industrial oil pump jack and falling oil graph on the blue globe background with the word oil price, oil price falling crisis concept | Gumpanat via Getty Images
Imprimer

Les cours du pétrole remontaient légèrement mardi en fin d'échanges européens dans un marché calme après la réunion de l'Opep et à la veille des données hebdomadaires sur les réserves américaines.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 62,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 23 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de janvier prenait 5 cents à 57,52 dollars.

"Les cours restent très proches des niveaux élevés atteints en novembre. La réunion de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) n'a pas bousculé les marchés, signe que sa communication a été réussie", a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com.

L'Opep et ses dix partenaires, dont la Russie, ont renouvelé jeudi jusqu'à fin 2018 l'accord de baisse de la production, qui vise à rééquilibrer le marché mondial et à redonner des couleurs aux prix du baril.

La décision était amplement anticipée mais le cartel a évité une chute des prix, comme cela avait été le cas en mai, quand le cartel avait renouvelé son accord de trois mois.

"L'accord laisse ouverte l'option d'une fin plus rapide que prévu, mais nous notons désormais la détermination (des participants, ndlr) dans nos prévisions", ont expliqué les analystes de Goldman Sachs, qui ont revu à la hausse leurs prévisions pour le Brent et le WTI.

A plus court terme, les marchés attendront les données hebdomadaires sur les réserves d'essence des Etats-Unis qui seront publiées par le Département américain de l'Energie (DoE) mercredi.

Les analystes tablent sur une baisse de 2,32 millions de barils des réserves de brut, sur une hausse de 2,38 millions de barils des réserves d'essence et sur une hausse de 1,05 million de barils des réserves de produits distillés, selon la médiane d'un consensus d'analystes compilé par l'agence Bloomberg.

Avant les données officielles du DoE mercredi, la fédération privée de l'American petroleum institute (API) publiera ses propres chiffres mardi, après la clôture européenne.