Corruption: L'ex DG de l'ANAM et un ancien journaliste de la SNRT condamnés à des peines de 6 à 10 mois de prison ferme

Publication: Mis à jour:
HAZIM JILALI MUSTAPHA LABIED
Hazim Jilali (à gauche) et Mustapha Labied, respectivement condamnés à 10 et 6 mois de prison ferme pour leur implication dans une affaire de corruption. |
Imprimer

JUSTICE- La Chambre criminelle de première instance chargée des crimes financiers près la Cour d'appel de Rabat a condamné, lundi soir, l'ancien directeur général de l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) Hazim Jilali à 10 mois de prison ferme, et l'ancien journaliste de la première chaîne de la télévision nationale Mustapha Labied à 6 mois de prison ferme pour leur implication dans une affaire de corruption.

Le tribunal a ainsi condamné Hazim Jilali à 2 ans de prison dont 10 mois ferme, alors que Mustapha Labied a écopé de 2 ans de prison dont 6 mois ferme pour corruption, en demandant des sommes d’argent pour accomplir une tâche relevant de leurs fonctions.

Le juge d'instruction près la Cour d'appel de Rabat avait ordonné, le 4 juin dernier, la mise en détention à la prison locale de Salé de l'ancien directeur général de l'ANAM et de l'ancien journaliste de la première chaîne de la télévision nationale, après leur audition, dans le cadre de l'interrogatoire préliminaire. En septembre dernier, les deux hommes s'étaient vus refuser leur demande de liberté provisoire.

Extorsion et flagrant délit de corruption

Selon les informations d'Al Yaoum24, les deux hommes étaient poursuivis pour "extorsion et corruption dans le cadre de la passation d’un marché à une société prestataire".

"La présumée victime, une femme d’affaires dont l’identité n’a pas été révélée, avait contacté la police judiciaire pour dénoncer et porter plainte contre le patron de l’ANAM. Les agents enquêteurs ont alors tendu une souricière à Hazim et Labied, son intermédiaire présumé converti dans la production audiovisuelle", précisaient pour leur part nos confrère du Desk.

La plaignante, mise à contribution par les enquêteurs, se serait présentée avec un chèque d'environ 400.000 dirhams "pour attester d’un flagrant délit de corruption".

LIRE AUSSI: