Une militante espagnole des droits des migrants entendue demain par la police marocaine

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
Caminando Fronteras
Imprimer

MIGRANTS - La militante des droits des migrant Helena Maleno est sous le coup d'une enquête pénale de la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Tanger, relaient ce lundi 4 décembre divers médias ibériques, dont le journal espagnol Eldiario et Publico. La membre de l'association d'aide aux migrants Caminando Fronteras est accusée de "traite d'êtres humains et de promouvoir l'immigration illégale" et doit comparaître demain devant la justice marocaine.

Selon Publico, qui rapporte les propos d'Helena Maleno, "la citation à comparaître mardi fait partie d'une enquête promue par l'Espagne en 2012". Selon la même source, la militante affirme que les seuls preuves à son encontre sont les appels fait au sauvetage en mer espagnole alertant de la présence de bateaux de migrants dans le détroit. Des appels qui ont permis de secourir plusieurs centaines de personnes ces dernières années.

Si cette dernière affirme à Publico ne pas avoir connaissance du dossier à son encontre, Eldiario souligne que la militante est soupçonnée d'avoir des liens avec des passeur et que ses appels au sauvetage maritime "peuvent avoir pour objectif d'assurer l'entrée des migrants sur le territoire espagnol".

#DefendiendoAMaleno

Depuis l'annonce de cette enquête les hashtags #DefendiendoAMaleno et #DefendingMaleno, en soutien à la chercheuse, militante et journaliste, sont largement partagés sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités et militants des droits des migrants ont exprimé leur solidarité à Helena Maleno:

"Au lieu de poursuivre les criminels, les autorités poursuivent des journalistes comme @HelenaMaleno pour avoir dénoncé les violations des droits de l’homme qui se produisent quotidiennement sur notre frontière sud #DefendiendoAMaleno" "C'est le monde à l'envers: accusé de trafic illégal celle qui a sauvé des centaines de personnes de la noyade dans le détroit. Sauver les gens n’est pas un crime, c’est une obligation" "Ni un pas en arrière dans la défense des droits de l’homme. Ni un pas en arrière dans la défense des droits des migrants. Tout notre soutien, #HelenaMaleno. Votre travail est essentiel"

Cette enquête inquiète de nombreux militants des droits des migrants qui se retrouvent parfois accusés de "favoriser les passages" en Europe par certains partis politiques et gouvernements. L'an dernier notamment, plusieurs militants pour la cause des migrants en Grèce avait ainsi été accusés d'être des "passeurs", comme le rapportait en mai 2016 le Vice américain.

LIRE AUSSI: