L'arrivée de la 5G en Espagne pourrait perturber les réseaux de télévision au Maroc

Publication: Mis à jour:
5G
Albert Gea / Reuters
Imprimer

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Des accords entre l'Espagne et le Maroc devraient être signés prochainement pour éviter que l'arrivée de la 5G chez notre voisin européen ne crée des interférences avec le réseau de télévision marocaine.

L'Espagne, qui a publié vendredi 1er décembre son plan national 2018-2020 pour déployer la 5G, souhaite éviter l'ingérence dans les services télévisés de ses voisins, notamment le Portugal et le Maroc, rapporte ce lundi le quotidien espagnol El Economista.

Le risque d'affecter ces deux pays réside dans la libération des fréquences de la bande 700 MHz pour le déploiement de la 5G, "spectre utilisé par les opérateurs de télévision numérique terrestre (TNT) au Portugal, qui pourrait être perturbé s'il est utilisé par les entreprises de télécommunications espagnoles. Et il en irait de même avec le Maroc, également susceptible de connaître des interférences dans ses services de télévision à cause de l'Espagne", indique le journal.

Alors que l'Espagne a déjà conclu des accords sur l'utilisation de cette bande avec la France, l'Italie, le Royaume-Uni (Gibraltar) et l'Andorre, "la même procédure serait en cours avec les gouvernements du Portugal, de l'Algérie et du Maroc", selon El Economista. "Conformément aux dispositions de la décision du Parlement européen et du Conseil du 17 mai 2017, ces accords bilatéraux doivent être conclus avant le 31 décembre 2017 avec les pays de l'Union européenne, sans qu'il y ait de délai spécifique dans le cas de pays tiers", précise le quotidien.

Des accords sont ainsi nécessaire pour éviter que l'utilisation de cette bande pour le réseau mobile espagnol ne crée des brouillages avec la télévision marocaine. "Chaque type de réseau mobile utilise une bande de fréquence partagée entre les opérateurs, et les normes de réseau mobile (2G, 3G, 4G, 4GLTE, 5G) sont prévues pour fonctionner chacune sur une ou plusieurs bandes de fréquences. Par exemple, un réseau 4G doit obligatoirement utiliser les bandes 800 MHz ou 2600 MHz", explique au HuffPost Maroc Alaa-eddine Kaddouri, ingénieur et expert en télécommunications.

"Ces bandes sont attribuées par le régulateur télécom pour éviter qu'un opérateur vienne interférer avec les autres. Pour le cas de l'Espagne, le problème viendrait de la proximité avec le Maroc, et probablement de fréquences utilisées au Maroc qui le sont également en Espagne", ajoute-t-il. "Avec les anciennes normes (2G, 3G, 4G), la 'puissance' du réseau était relativement faible pour être atténuée par la distance. La 5G, elle, a généralement une fréquence plus haute (3,5 GHz) donc traverse plus de distance avant d'être atténuée. Le risque d'interférences est donc plus important", précise le spécialiste.

"Parfois, on décide aussi de réutiliser d'anciennes fréquences dans de nouveaux réseaux. Par exemple, si dans un pays la 2G n'est plus utilisée et que le nouveau réseau, 4G ou 5G, peut fonctionner avec cette fréquence, alors on la réutilise, comme c'est le cas pour la fréquence 700 MHz. Cela a pour intérêt d'utiliser un réseau existant sans trop de modifications. Le risque, c'est qu'un pays voisin utilise encore cette fréquence pour un ancien réseau, et là aussi il y a risque d'interférences", explique-t-il.

Au niveau de l'Union européenne, selon El Economista, les États membres ont jusqu'au 30 juin 2018 pour adopter et rendre public leur plan 5G et le calendrier de déploiement de cette nouvelle technologie au niveau national. D'ici 2020, ils devront avoir libéré la bande de 700 MHz, afin qu'elle soit réattribuée aux réseaux mobiles 5G.

LIRE AUSSI: