Les 236 migrants marocains retenus en Libye seront rapatriés très prochainement

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS MAROCAINS LIBYE
Manifestation le 27 novembre 2017 des familles des migrants détenus en Libye pour exiger leur rapatriement au Maroc. | DR
Imprimer

IMMIGRATION - Dans une vidéo publiée ce dimanche sur la page Facebook d'une organisation libyenne de lutte contre l'immigration clandestine, un responsable affirme que les 236 migrants marocains retenus en Libye seront rapatriés incessamment sous peu à Casablanca. Il ajoute par ailleurs qu'ils ont reçu un don de vêtements de la part du ministère des Affaires étrangères et de la coopération marocain.

Une source au ministère chargé des MRE et des affaires de migration, confirme au HuffPost Maroc que ces migrants seront en effet "très prochainement" rapatriés, sans préciser la date exacte de leur retour au Maroc pour des raisons de sécurité. "Les médias en parlent depuis quelques jours, mais c'est une procédure que nous avons commencé il y a déjà un certain moment. Elle a pris du temps car il a fallu identifier tous ces migrants pour savoir s'ils sont réellement Marocains et d'où ils viennent", poursuit la même source.

Esclavagisme et conditions rudes

Une vidéo publié la semaine dernière sur les réseaux sociaux a secoué la toile, révélant plusieurs migrants marocains emprisonnés depuis plusieurs mois en Libye dans des conditions déplorables. Ils auraient été retenus derrière les barreaux par les autorités libyennes alors qu'ils tentaient de se rendre illégalement en Italie.

Ces Marocains ont dû payer un montant de 40.000 dirhams à des passeurs qui leur avait promis de les faire traverser la Méditerranée, ont révélé quelques-uns de leurs proches à TelQuel. "Quand vous arrivez en Libye et que vous tombez entre les mains des réseaux d'immigration clandestine, vous mettez de côté votre dignité et vous devenez un esclave qui doit faire tout ce qu'on lui demande. Vous pourrez être tué sans que personne ne soit au courant", racontait ainsi à nos confrères de TelQuel un des Marocains depuis un centre de rétention de Libye.

Si d’autres prisonniers auraient été rapatriés chez eux en Tunisie, en Algérie, en Égypte, ou encore vers des pays d’Afrique subsaharienne, les Marocains sont, quant à eux, toujours retenus en Libye. "Ceci n'est pas une prison, c'est une exécution", avait déclaré le prisonnier à l'origine de la vidéo alarmante, filmant les migrants entassés sur les lits et le sol d’une cellule délabrée.

Des vidéos sont publiées depuis maintenant plusieurs mois, par ces migrants qui se sont réfugiés aux centres d’hébergement de l'instance officielle libyenne chargée de la lutte contre l'immigration clandestine.

"On est la seule nationalité qui est toujours au centre, pas un seul responsable marocain n’est venu nous voir ou même appelé pour connaître notre situation", a souligné le migrant dans la vidéo filmée et publiée sur les réseaux sociaux le 13 novembre dernier, en annonçant une grève de la faim des 236 migrants, malades et mineurs compris.

"Nous aimons le Maroc, tenait-il à préciser. Nous avons quitté les terres marocaines et nos famille en pleurant, et en espérant améliorer notre qualité de vie parce que nous vivions dans la pauvreté, la misère et de l’exclusion de la société", expliquait-il dans la vidéo.

Lundi 27 novembre, ce sont des dizaines de familles de ces migrants marocains disparus ou retenus en Libye qui ont manifesté devant le ministère des Affaires étrangères à Rabat, afin de demander aux autorités de rapatrier leurs proches, avant d'être reçues par le lendemain par Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des MRE et des affaires de la migration.

Le 29 novembre, en marge du sommet UA-UE, un accord international réunissant les dirigeants de 9 pays européens et africains, dont le Maroc, a été scellé avec la participation de l'ONU, de l'UE et de l'UA, pour mettre en place l'évacuation d'urgence des migrants en Libye.

LIRE AUSSI: