Colloque sur "La jeune recherche en sciences sociales et humaines au Maghreb" dimanche à Oran

Publication: Mis à jour:
D
Facebook/Crasc
Imprimer

La "jeune recherche en sciences sociales et humaines au Maghreb : institutions et acteurs" est le thème d’un colloque international qu’abritera dimanche et lundi prochains le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC) basé à Oran.

Initiée par le CRASC en partenariat avec l’université Oran 2 Mohamed Ben Ahmed et l’université de Bejaïa, cette rencontre de deux jours rendra hommage au défunt chercheur Mohamed Brahim Sahli. Elle mettra également l’accent sur les transformations enregistrées dans les postures des jeunes chercheurs, les thématiques choisies et les méthodes de recherche, en comparaison avec des travaux antérieurs, menés notamment durant les décennies 1980 et 1990.

Selon l’argumentaire du colloque, les participants tenteront d’identifier ces transformations et ces changements ainsi que les nouvelles contraintes et défis auxquels font face les pays de la région maghrébine et leurs jeunes chercheurs en sciences humaines et sociales en particulier.

L’effet sociétal et politique sur les orientations théoriques et méthodologiques imprimées à la jeune recherche au Maghreb et la multiplicité des acteurs institutionnels dans le mouvement de recherche conduite par les jeunes chercheurs devront être évoqués lors de cette manifestation scientifique.

Le colloque sera une opportunité pour faire le point sur la jeune recherche au Maghreb et dégager de nouvelles perspectives de recherche qui pourraient réunir à l’avenir, des équipes maghrébines de recherche à partir de thématiques pouvant être communes, ont souligné les organisateurs du colloque.

Le comité scientifique du colloque a retenu six thématiques dont l’état des lieux de la jeune recherche en sciences sociales et humaines au Maghreb, et les enjeux de la formation à la recherche.

Par ailleurs, les participants à cette rencontre rendront hommage à Mohamed Brahim Salhi (1952-2016), sociologue et universitaire connu pour ses riches travaux de recherche en anthropologie, sociologie et histoire.

Le défunt avait conduit plusieurs projets de recherche, notamment dans le cadre du programme national de recherche, à l’instar de projets intitulés. "Population et société" et "Le mouvement associatif en Algérie et espaces montagnards : mutations et permanences : cas de la Kabylie et des Aurès".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.