La baguette de pain à 15 Da dans certaines wilayas, les associations dénoncent une "hausse illégale"

Publication: Mis à jour:
ARTON860
DR
Imprimer

Des boulangers de plusieurs wilayas du pays, dont Bouira, Tizi Ouzou, Béjaïa ou Oran, ont vendu le pain ordinaire à 15 Da ce vendredi 01 décembre. Des fédérations wilayales de boulangers ont annoncé jeudi cette hausse de 50%, dans un procès-verbal commun diffusé suite à une assemblée. Une hausse "unilatérale et illégale", prise sans la permissions des autorités publiques selon les associations de protection des consommateurs.

Les fédérations wilayales de boulangers se sont réunies jeudi 30 novembre 2017. Ils ont approuvé à l'issue d'une assemblée "une augmentation du prix du pain ordinaire à 15.00 Da, pour un poids de 200 grammes cuit". Ils ont annoncé que la vente au comptoir est fixée à ce prix à compter du vendredi 01 décembre tandis que "la livraison aux partenaires, dont les épiceries et restaurants entre autres, sera fixée à 13.50 Da", peut-on lire.

Vendredi matin, des citoyens ont ainsi été surpris d'apprendre, via des des affiches placardées sur les murs des boulangeries; que le prix du pain ordinaire est désormais fixé à15 Da la baguette.

Cette augmentation a suscité de nombreuses réactions, tant chez les clients, les internautes sur les réseaux sociaux que chez les associations de protection des consommateurs.

Les associations dénoncent, la Fédération "s'en lave les mains"

L'Association algérienne de protection des consommateurs (APOCE) a rapidement réagi à la décision de ces fédérations wilayas d'augmenter le prix du pain à 15 Da. Dans un communiqué, cette association a désapprouvé une "décision unilatérale", prise sans la permission des autorités publiques, qui garantissaient d'ailleurs le maintien des prix des produits subventionnés.

Ils ont appelé à boycotter les boulangeries jusqu'à dimanche. "Nous avons décidé d'appeler les citoyens au boycott de l'achat du pain jusqu'à dimanche, jour du retour des agents de contrôle à leurs postes de Travail", souligne-t-on.

Cette association a par la suite rappelé avoir toujours soutenu les revendications des boulangers, dans un cadre légal.

L'Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) a également réagi. Son président, Hadj Tahar Boulenouar, a qualifié la décision d'augmenter le prix du pain "d'illagale", "car à l'heure actuelle, aucune décision n'a été prise que ce soit par le Gouvernement ou par les représentants des boulangers", a-t-il dit. Le prix de la baguette ordinaire est effectivement fixé par la loi de 1996 à 7,50 DA, celui du pain amélioré à 8,50 DA alors que le prix de vente actuel est de 10 DA.

De son côté, la Fédération nationale des boulangers a annoncé "s'en laver les mains". son président Youcef Kalafat a déclaré que cette association "s'en lave les mains des dernières informations faisant état d'une augmentation du prix du pain de 50%".

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont exprimé des avis mitigés. Certains ont dénoncé cette hausse de 50%, estimant que les citoyens les plus démunis seront privés de pain. D'autres estiment que cette augmentation pourrait endiguer le gaspillage de ce produit de première nécessité.

qsdqsd

L'augmentation du prix du prix a souvent été revendiqué par les boulangers ces dernières années. Début novembre, le président de l'Association nationale des commerçants algériens, Hadj Tahar Boulenouar, expliquait ainsi que la baguette de pain coûtait 10 Da, annonçant l'intention des boulangers de l'augmenter de 50%.

Les fédérations des boulangers, qui appellent à l'amendement du prix officiel de 8.50 Da, ont proposé d'augmenter le prix à 15 dinars ou de diminuer le poids de la baguette de 250 à 200 grammes.

Des fédérations wilayales ont unilatéralement opté pour les deux options ce vendredi, affirmant que "les boulangers risquent de fermer boutique et mettre au chômage des milliers d'employés" sans cette hausse.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.