Impasse politique en Allemagne: Merkel veut discuter avec le SPD d'un gouvernement "stable"

Publication: Mis à jour:
MERKEL
(COMBO) - This combination created on December 1, 2017 of file pictures shows German Chancellor Angela Merkel (L, September 25, 2017 in Berlin) and Martin Schulz, leader of Germany's social democrat SPD party (November 27, 2017 in Berlin).Chancellor Angela Merkel held talks on November 30, 2017 with Social Democrat chief Martin Schulz hoping to end Germany's political stalemate, but the atmosphere has already been poisoned by disobedience within her ranks. / AFP PHOTO / Odd ANDERSEN AND Tobias S | ODD ANDERSEN via Getty Images
Imprimer

Le parti conservateur d'Angela Merkel (CDU) a indiqué vendredi être prêt à discuter avec les sociaux-démocrates d'un gouvernement "stable" pour sortir le pays de l'impasse politique, marquant ainsi sa préférence pour une coalition en bonne et due forme.

"La CDU est disposée à mener des discussions sérieuses au sujet d'un gouvernement stable", a déclaré le secrétaire général du mouvement à Berlin, Klaus Schüler, au lendemain d'une rencontre au sommet entre la chancelière allemande et le président du parti social-démocrate, Martin Schulz.

Ce dernier s'est aussi dit disposé à négocier avec les conservateurs sur les moyens de former un nouveau gouvernement dans le pays, suite aux élections législatives de septembre qui n'ont pas permis de dégager une majorité évidente.

Mais Martin Schulz a refusé l'idée que cela signifie "automatiquement" une prolongation de la coalition gouvernementale actuelle entre son parti et les démocrates-chrétiens allemands.

Il entend aussi discuter d'options alternatives, comme la constitution d'un gouvernement minoritaire des seuls conservateurs, que les sociaux-démocrates soutiendraient au cas par cas sur certains dossiers. Une formule qu'a rejetée jusqu'ici Angela Merkel en arguant du besoin de stabilité du pays, compte tenu notamment de ses responsabilités européennes.

M. Schulz a aussi demandé que la chancelière cesse de s'opposer aux propositions françaises de réformes de l'Europe et de la zone euro en particulier, pour pouvoir compter sur le soutien du SPD.

Sur ce point, le secrétaire général de la CDU a dit lui que les conservateurs abordaient les discussions "sans condition préalable".

Les militants du SPD doivent décider la semaine prochaine en congrès s'ils acceptent que le parti débute des négociations avec les conservateurs sur une forme de coopération qui reste à définir. La direction de la CDU se réunira dans la foulée, les 10 et 11 décembre pour faire le point.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...