Résultats: L'OCP renoue avec la croissance

Publication: Mis à jour:
SIGE OCP
DR
Imprimer

RÉSULTATS - Le groupe OCP (anciennement Office chérifien des Phosphates) vient de boucler un 3e trimestre 2017 dans le vert. C’est ce qui ressort des résultats au 30 septembre, publiés par le département de Terrab. Ainsi, avec un chiffre d’affaires de près de 36 milliards de dirhams (en augmentation de 13% par rapport à la même période de l’année précédente), l’OCP renoue avec la croissance après une année 2016 très difficile.

Selon l’Office, cette performance est notamment due à la croissance des exportations vers toutes les régions clés (Afrique, Europe, Amérique du Nord et Amérique latine). Cette hausse des volumes à l’export a d’ailleurs tiré avec elle les revenus générés par les ventes de roche qui ont progressé de 12%, tandis que les revenus générés par les ventes d’engrais ont progressé de 20%.

Sans atteindre ses niveaux de 2015, l’EBITDA retrouve également des couleurs et se hisse à 10 milliards de dirhams à fin septembre 2017, contre 9,1 milliards au 3e trimestre de l’année précédente. La marge d’EBITDA, quant à elle, enregistre un léger fléchissement et atteint 28% contre 29% à fin septembre 2016.

Globalement, l’OCP évolue dans un contexte mondial marqué tout au long de cette année par une certaine volatilité des prix des engrais phosphatés, des prix qui ont tout de même commencé à se stabiliser progressivement au 3e trimestre avant d’atteindre un pic à la fin du mois de septembre. Il est à noter que la part des engrais dans le chiffre d’affaires du Groupe est en augmentation et représente 53% du portefeuille global des produits contre seulement 40% à fin 2015.

"Cela est rendu possible grâce aux importants efforts menés dans l’expansion de nos capacités, notre flexibilité industrielle en termes de variété de gammes de produits, notamment les engrais de spécialité ainsi que notre agilité commerciale à travers ses marchés internationaux diversifiés", affirme-t-on au niveau de l’OCP.

Concernant la demande, elle reste principalement tirée par l’Afrique et l’Europe et l’Office table sur une poursuite de cette tendance, en raison notamment de l’augmentation observée des prix des matières premières.

LIRE AUSSI: