Limogé de son poste de directeur du Festival de Hammamet par le ministre de la Culture, Moez Mrabet évoque "un règlement de compte personnel"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'affaire du festival de Hammamet fait des vagues. Le directeur du Festival, Moez Mrabet, vient d'être limogé quelques heures après les déclarations lancées par le ministre des Affaires culturelles devant l'Assemblée des représentants du peuple et selon lesquelles il évoque des soupçons de corruption dans la gestion du festival. Le ministre a annoncé l'ouverture d'une enquête portant sur des soupçons de détournement de fonds publics. Il a révélé que "le budget alloué à ce festival était de 200 millions de dinars en 2014 et grâce à on ne sait par quel miracle le budget a atteint depuis deux milliards de dinars".

L'information a fait l'effet d'une bombe. Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, Mrabet est revenu sur les propos du ministre afin d'apporter des explications à ce sujet. "Certains informations sont totalement fausses" a-t-il martelé en exprimant son étonnement face à ses accusations infondées.

Marbet a fait savoir que le financement du festival et la gestion de son budget sont soumis à des contrôles techniques minutieux. "Je suis visé" a-t-il souligné en précisant qu'il s'agit d'un règlement de compte personnel aux dépends du Festival International de Hammamet et du centre culturel de Hammamet.

"La réussite du festival de Hammamet dérange le ministre actuel des Affaires culturelles, et ce depuis qu'il était à la tête du Festival International de Carthage" a-t-il renchéri en ajoutant que son limogeage entre dans le cadre d'une manoeuvre planifiée pour étouffer les activités de ce festival, qui depuis, quelques années, est sur le bon chemin.

Depuis peu, une pétition circule pour contester la réduction de 65% du Festival international de Hammamet. Une baisse importante qui a été expliqué par le ministre des Affaires culturelles Mohammed Zinelabidine par le souci d'activer les mécanismes de discrimination positive qui consiste à essayer de redistribuer de manière plus ou moins équitable les ressources de l'État sur plusieurs évènements culturels.

Le ministre trouve inadmissible que le festival international de Hammamet accapare 2 milliards de dinars alors les autres festivals dans la même région comme ceux de Nabeul, Kélibia, Korba et autres n'ont que 20 millions de dinars comme ressources.

LIRE AUSSI: La Culture, le parent pauvre du budget l'État? Les accusations de corruption et de paupérisation du secteur enflent

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.