Esclavage en Libye: Accord international pour des évacuations d'urgence, annonce Macron

Publication: Mis à jour:
AU EU
French President Emmanuel Macron speaks during a news conference at the French Embassy during the 5th African Union - European Union (AU-EU) summit in Abidjan, Ivory Coast November 29, 2017. REUTERS/Philippe Wojazer | Philippe Wojazer / Reuters
Imprimer

LIBYE - Les dirigeants de neuf pays européens et africains, dont la Libye, ainsi que de l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine, ont décidé de mener des "opérations d'évacuation d'urgence dans les prochains jours ou semaines" des migrants victimes des trafiquants d'êtres humains en Libye, a annoncé Emmanuel Macron ce mercredi 29 novembre.

Cette décision a été prise lors d'"une réunion d'urgence avec l'UE, l'UA, l'ONU, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Tchad, le Niger, la Libye, le Maroc et le Congo", a dit le président français devant la presse, en marge du sommet Europe-Afrique d'Abidjan.

Lors de cette réunion, sollicitée par la France, les dirigeants ont "décidé une action d'extrême urgence pour évacuer de Libye ceux qui veulent l'être", a-t-il expliqué.

"La Libye a réaffirmé son accord pour identifier les camps où des scènes de barbarie ont été identifiées (...) Le président Sarraj a donné son accord pour qu'un accès puisse être assuré", a-t-il assuré.

"Aider au retour des Africains qui le souhaitent vers leur pays d'origine"

"Deuxième point, il a été décidé par l'UE, l'UA et les Nations unies un soutien accru à l'OIM (Office international des migrations) pour aider au retour des Africains qui le souhaitent vers leur pays d'origine, a indiqué Emmanuel Macron. Ce travail sera conduit dans les prochains jours, en lien avec les pays d'origine".

Les mêmes pays ont décidé de mettre en place "une coopération étroite avec une task force opérationnelle, associant leurs services de police et d'intelligence, avec un lien étroit avec toutes les puissances non représentées, pour démanteler les réseaux et leur financement et interpeler les trafiquants", a-t-il dit.

"UE, UA et ONU se sont aussi engagées à geler les avoirs des trafiquants identifiés. L'UA va mettre en place une commission d'enquête", a-t-il encore ajouté.

Enfin les pays réunis ont décidé de "mettre en place une communication volontariste destinée aux Africains pour dénoncer la traite des humains en Libye et décourager ceux qui cèdent aux sirènes des passeurs qui promettent monts et merveilles".

Le président français a aussi souhaité une stabilisation politique en Libye, seule solution durable selon lui contre ces exactions.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.