Mohamed Aissa dément le financement du Hamas via des banques algériennes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aissa, a démenti les informations selon lesquelles le parti libanais du Hezbollah aurait financé le mouvement du Hamas via des banques algériennes, dans une déclaration à la presse lors d'une cérémonie qu'il a présidée à l'occasion du Mawlid Ennabaoui.

Le journal saoudien Okaz déclarait dimanche dernier que le mouvement libanais Hezbollah a utilisé des banques algériennes pour financer le mouvement Hamas qui contrôle la bande de Gaza. La même source explique que le Hezbollah a ouvert des comptes bancaires pour les dirigeants du Hamas en Algérie.

Le journal rajoutait que des membres du Hezbollah libanais vivant à Alger avaient transféré des fonds à des membres du Hamas en Algérie, dont son porte-parole Sami Abu Zuhri, qui vivait à Gaza et au Caire avant de s'installer en Algérie, révélant que la transaction avait eu lieu entre des comptes bancaires locaux situés à Alger.

Mardi, Mohamed Aissa a réfuté ces informations, selon lesquelles le parti libanais Hizbollah aurait financé le mouvement Hamas via des banques algériennes. Il a réitéré le refus de l'Algérie d'entrer dans un conflit sectaire.

Le ministre intervenait en marge d'une cérémonie qu'il a présidée à l'occasion du Mawlid Ennabaoui, durant laquelle il a affirmé que l'Algérie refuse également le retour du discours extrémiste visant à semer la haine et le désespoir chez les jeunes.

"L'Algérie rejette le sectarisme qui divise les Musulmans et soutient le discours puisé de la tradition de notre Prophète (QSSSL) qui prêche la tolérance", a-t-il déclaré.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.