Des cours et des prêches sur l'élimination des violences faites aux femmes seront dispensés dans les écoles et les mosquées tunisiennes

Publication: Mis à jour:
WOMEN VIOLENCE
PeopleImages via Getty Images
Imprimer

Des cours traitant de la loi relative à l'élimination des violences faites aux femmes seront dispensés dans le cadre de la matière d'éducation civique dans les écoles tunisiennes, a annoncé la ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance, Naziha Laabidi qui a évoqué un partenariat avec le ministère de l'Éducation dans ce sens.

Ce programme est appelé "Omi Selma", du nom de la vieille femme de 86 ans qui était violée et tuée, début novembre à Kairouan.

LIRE AUSSI:Des affaires de viols collectifs se succèdent en Tunisie. Cette violence est-elle en recrudescence?

Naziha Laabidi a révélé que cette campagne de sensibilisation contre les violences à l'égard des femmes concernera aussi le ministère des Affaires religieuses. Elle a annoncé qu'une consigne a été donnée pour que les prêches de la prière du vendredi soient consacrées à ce sujet.

À noter que la loi relative à l'élimination des violences à l'égard des femmes entrera en vigueur en février 2018. Cette loi englobe différentes sphères d'ordre intime comme les crimes sexuels, et d'ordre public touchant les droits économiques et sociaux notamment.

LIRE AUSSI:Violences faites aux femmes: Ces films tunisiens qui brisent les tabous

Cette loi ambitieuse si elle est réellement appliquée devrait enrayer ou contenir certains fléaux au sein de la société tunisienne dont l'ampleur fait régulièrement la une des médias et agitent l'opinion publique qu'il s'agisse d'inceste, de viol, de mariage des mineures ou d'instrumentalisation économique des ouvrières notamment, etc.

Le dernier rapport du Centre de recherches, d'études, de documentation et d'information sur la femme (CREDIF fait état de plus de 50% de femmes victimes de violences dans l'espace public, 8 sur 10 ont fait l'objet de violence sexuelle et 60 % subissent des violences conjugales, soit 10% de plus qu'en 2010.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
Violences contre les femmes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction