Trump retweete les vidéos islamophobes d'une leader de l'extrême droite britannique et créé à nouveau la polémique

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
U.S. President Donald Trump, flanked by an empty chair marked for House Minority Leader Nancy Pelosi (D-CA), who chose not to meet with Trump, Senate Majority Leader Mitch McConnell (R-KY) and House Speaker Paul Ryan (R-WI), speaks with reporters at the White House in Washington, U.S. November 28, 2017. REUTERS/Jonathan Ernst | Jonathan Ernst / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - 6h30 du matin, heure de Washington: Donald Trump est réveillé. Et comme tous les jours, le président des États-Unis débute le sien en lançant Twitter et en multipliant les messages élogieux à l'égard de sa chaîne de télévision préférée: Fox News. Mais particularité de ce 29 novembre 2017, des retweets de vidéos islamophobes publiées par une certaine Jayda Fransen.

Si son nom ne vous dit rien, cette femme fait partie des leaders de Britain First, une formation néofasciste et europhobe britannique, et elle a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour des violences motivées par la religion de sa victime et des propos pénalement répréhensibles. Les marottes de son mouvement? La lutte contre "l'islamisation du Royaume-Uni", la préservation de la "culture britannique" et un combat ardent contre le multiculturalisme.

Britain First veut notamment inciter les personnes d'origine étrangère à quitter le Royaume-Uni en leur versant des subventions, considère comme de la haute trahison toute mesure visant à faire entrer des étrangers dans le pays et veut réinstituer des "assemblées chrétiennes."

Des contenus violents

Un parti qui abhorre aussi la presse et qui n'hésite pas à l'exclure de ses meetings, comme ont pu le constater très directement nos confrères du HuffPost anglais. Des militants radicaux qui se sont évidemment félicités de voir leurs messages et leurs vidéos diffusées à toute la planète par Donald Trump.

"Le président des États-Unis, Donald Trump, a retweeté trois des vidéos Twitter de Jayda Fransen. Donald Trump lui-même a retweeté ces vidéos alors qu'il possède 44 millions de followers. Que Dieu vous bénisse, Donald Trump! Que Dieu bénisse l'Amérique!"

En l'occurrence les vidéos repartagées par le président des États-Unis sont sans équivoque. Elles s'intitulent respectivement "Des migrants musulmans frappant un jeune Hollandais en béquille", "Des Musulmans détruisent une statue de la vierge Marie" et "Une foule d'Islamistes pousse un jeune homme d'un toit avant de le battre à mort".

Pour les trois vidéos, des termes qui généralisent, sans aucun doute destinés à alimenter le sentiment anti-musulman qui anime la base électorale du milliardaire, comme l'affirme le New York Times. La vidéo montrant un jeune Hollandais n'est ainsi à aucun moment un acte raciste ou religieux, mais une bagarre entre jeunes. Pour les deux autres, elles montrent certes des actes particulièrement violents mais sortis de leur contexte et survenus dans des circonstances parfois floues.

Des vidéos sorties de leur contexte

Ainsi, celle montrant un jeune homme poussé d'un toit aurait en fait été tournée au cours d'une violente dispute entre partisans de camps opposés en Égypte, à l'occasion du renversement de Mohamed Morsi. Aucun lien donc, avec les violences religieuse que Donald Trump semble vouloir mettre en lumière.

Des contenus typiques de ceux qui se partagent au sein de la fachosphère, comme le notent les Britanniques de The Independent. Dans la foulée, le président américain a réaffirmé une fois de plus qu'il fallait "boycotter CNN et ses fake news". Il ne fait en revanche pas mention de la récente arrestation de Jayda Fransen après un discours haineux donné en Irlande du Nord, dernier épisode de nombreuses saillies racistes et xénophobes de la part de Britain First.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.