L'ONU dans l'attente de la venue du gouvernement syrien à Genève

Publication: Mis à jour:
SYRIA UN
UN special envoy for Syria crisis Staffan de Mistura attends the Syrian opposition meeting in Riyadh, on November 22, 2017. / AFP PHOTO / FAYEZ NURELDINE (Photo credit should read FAYEZ NURELDINE/AFP/Getty Images) | FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Imprimer

Le gouvernement syrien a adressé dimanche soir un message à l'ONU indiquant que sa délégation ne viendrait pas lundi à Genève pour participer au nouveau round de négociations politiques sur la Syrie, a annoncé l'émissaire onusien Staffan de Mistura.

"Le gouvernement n'a pas encore confirmé sa participation" aux négociations qui doivent débuter mardi, a déclaré l'envoyé spécial de l'ONU, lors d'une vidéo-conférence avec le Conseil de sécurité.

Il nous "a fait parvenir un message hier soir disant qu'il n'arriverait pas lundi à Genève", a-t-il précisé, en soulignant qu'"aucune conditions préalable" à une participation n'était acceptée par l'ONU pour le gouvernement syrien comme pour l'opposition.

"Si les deux parties viennent à Genève, nous allons pouvoir avoir des discussions de fond", a aussi fait valoir l'émissaire onusien. "Nous devons être au plus près des efforts sur le terrain", a-t-il dit.

Une réunion sur la Syrie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité se tiendra mardi à Genève à l'initiative de la France, a aussi annoncé Staffan de Mistura. L'envoyé spécial de l'ONU a précisé qu'il participerait à cette "réunion préparatoire".

Cette rencontre des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine, de la France et du Royaume-Uni semble s'inscrire dans une volonté des grandes puissances de reprendre la main sur le dossier syrien face à la diplomatie hyperactive de Moscou et ses victoires militaires sur le terrain en soutien du régime syrien. Dans son approche diplomatique et militaire, la Russie bénéficie notamment des appuis de l'Iran et de la Turquie.

Staffan de Mistura a aussi indiqué au Conseil de sécurité que "plus de 200 représentants de la société civile syrienne seront présents à Genève dans les prochaines semaines". Il y aura aussi des experts en matière de droits de l'homme pour évoquer notamment les détentions et disparitions en Syrie. Des experts sont aussi attendus en matière constitutionnelle, a ajouté le responsable de l'ONU.

L'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie a fixé pour l'ordre du jour de la 8e session de pourparlers intersyriens quatre sujets de discussions: mise en place d'une "gouvernance crédible, inclusive et non-sectaire"; élaboration d'une nouvelle Constitution; préparation d'élections "sous la supervision des Nations unies"; discussions sur le terrorisme.

De la répression sanglante par le régime de Bachar al-Assad de manifestations prodémocratie, point de départ de la guerre, à l'intervention de puissances internationales, la guerre en Syrie dure depuis mars 2011. Elle a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...