L'huile d'olive tunisienne à l'assaut du marché japonais

Publication: Mis à jour:
OLIVE OIL
Olive Oil. (Photo by: MediaForMedical/UIG via Getty Images) | Media for Medical via Getty Images
Imprimer

Le fonds de promotion de l'Huile d'Olive Conditionnée " FOPRHOC " entamera, en 2018, l’exécution d’un programme visant le développement des exportations tunisiennes de l’huile d’olive vers le Japon pour atteindre 5% de la consommation de ce pays, contre 0,5% actuellement, a fait savoir le président de la Chambre Syndicale Nationale des Exportateurs d'Huile d'Olive relevant de l'UTICA, Abdessalem Loued.

Intervenant, lundi, au cours d’un séminaire sur le thème "Le Japon: Un marché exigeant mais à fort potentiel", Loued a ajouté que la Tunisie devra développer ses exportations d’huile d’olive vers le Japon qui ne dépassent pas actuellement 1 million de dinars, vu l’importance de ce marché dont la consommation moyenne annuelle est de plus de 59 mille tonnes.

La PDG du Centre de Promotion des Exportations (CEPEX) Aziza Htira a, pour sa part, indiqué que cette journée d’information constitue une opportunité pour mieux connaitre la tendance et les besoins du marché Japonais en huile d’olive et d’intensifier les efforts pour améliorer notre positionnement sur ce pays.

"La participation tunisienne à la foire internationale annuelle des denrées alimentaires et des boissons (Foodex) qui se déroule dans ce pays, n’est plus suffisante", a-t-elle avancé.

Htira a souligné qu’outre la rencontre avec les importateurs et les sommeliers de l’huile d’olive Japonais, figurent des rencontres bilatéraux entre les professionnels tunisiens et japonais, afin d’identifier des relations de partenariat et programmer des visites à certaines huileries tunisiennes.

La responsable a mis l’accent sur la possibilité de satisfaire la demande de ce marché et d’exporter une huile d’olive qui répond aux goûts des japonais.

Le président de l’Association Japonaise des Sommeliers d’Huile d’Olive, Toshiya Tada, a souligné que la bonne qualité de l’huile d’olive tunisienne lui permet d’accéder au marché Japonais.

Et d’ajouter que même l’Italie et l’Espagne, premiers producteurs d’huile d’olive dans le monde, cherchent à accéder au marché Japonais.

Tada a expliqué que le consommateur Japonais cherche un goût riche et les aliments aromatiques (piment fort et le gingembre...).

Il a souligné dans ce cadre l’absence d’une huile d’olive de qualité sur le marché Japonais, vu 80% de l’huile d’olive est commercialisé sous un label flou "huile d’olive extra vierge".

Le directeur commercial du groupe CHO (filiale de la société Ulysse Agro Industries), spécialisé dans la production et le conditionnement d'huile d'olive à Sfax a fait remarquer que le positionnement sur le marché Japonais nécessite des investissements importants et des certifications de qualité, soulignant la nécessité de l’intervention de l’État pour faciliter l’implantation des entreprises tunisiennes au Japon et la commercialisation de leurs produits.

La Tunisie qui dispose de plus de 85 millions d’oliviers sur une superficie de 2 millions d’hectares vise la production, en 2018, de près de 240 mille tonnes d’huile d’olive et l’exportation de 180 mille tonnes, selon les indicateurs du CEPEX.

Au cours des dix dernières années, l’huile d’olive tunisienne conditionnée a enregistré une progression, passant de 1 mille tonnes, en 2006, à 23 mille tonne, en 2016.

La Tunisie est aujourd’hui le deuxième pays producteur au monde d’huile d’olive après l’Espagne et exporte vers 54 marchés internationaux.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.