Dans les prisons, les foyers pour étudiantes...100 projections à travers la Tunisie de films contre la violence à l'égard des femmes

Publication: Mis à jour:
D
La belle et la meute/bande-annonce
Imprimer

Les associations “Echos” et “Chouf” organisent dans le cadre du projet “Images au dessus de l’impunité”, une tournée de 100 projections à travers la Tunisie de films contre la violence à l’égard des femmes au profit de publics féminins, particulièrement dans les milieux marginalisés. Ces films seront projetés dans des lieux d’hébergement pour femmes : foyers pour étudiantes, centres d’hébergement de femmes victimes de violence, prisons…

Les projections-débats modérés par des activistes des droits des femmes seront l’occasion d’échanger autour de la lutte contre les violences faites aux femmes et de faciliter l’information des participantes concernant les droits et les procédures en cas de violence. Un guide d’informations sur la loi et les démarches de plainte sera distribué aux participantes et dans les salles de cinéma.

Cette tournée démarrera le 25 Novembre 2017, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes par la projection du film “La Belle et la Meute” de Kaouther Ben Hania dans 7 lieux en une journée : la prison pour femmes de Manouba, les centres d’hébergement des femmes victimes de violences à Tunis, Sidi Thabet, Béja et Jendouba ainsi que les foyers pour étudiantes Fatouma Bourguiba-Tunis et Skanes Monastir. La tournée de sensibilisation se poursuit à travers le pays jusqu’au mois de mai 2018.

LIRE AUSSI: La Belle et la meute: Pourquoi beaucoup de Tunisiens se reconnaitront dans ce film?

Il est à noter que le projet “Images au dessus de l’impunité” est organisé en partenariat avec la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), le centre national du cinéma et de l’image (CNCI), l’Institut français de Tunisie (IFT), avec la contribution d’Euromed, HAKKA distribution et Cinételefilms, et avec la participation de l’association Beity, l’association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement (AFTURD), le Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme (CREDIF) avec le soutien de l’Office des oeuvres universitaires pour le Nord (OOUN).

LIRE AUSSI:Violences faites aux femmes: Ces films tunisiens qui brisent les tabous

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.