Violences à Bruxelles après une manifestation contre l'esclavage en Libye

Publication: Mis à jour:
LIBYA MIGRANTS
Manifestation a Rome en Italie devant l'ambassade libyenne contre l'esclavage. 24 Novembre 2017. (Photo by Andrea Ronchini/NurPhoto via Getty Images)anifes | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Une cinquantaine de personnes ont été interpellées samedi après-midi dans un quartier commerçant de Bruxelles après qu'un groupe de personnes échappé d'une manifestation a dégradé des commerces et s'en est pris aux forces de l'ordre, selon la police.

Selon un bilan publié à 19H30 (18H30 GMT) sur Twitter par la police bruxelloise, "50 personnes (ont été) arrêtées et (il n'y a) pas de blessés à déplorer". Selon la chaîne RTBF, il s'agit de jeunes entre 15 et 18 ans.

Les incidents se sont déclarés près de la place Louise non loin du centre de la capitale, dans un quartier très fréquenté un samedi après-midi, a expliqué à l'AFP Ilse Van de Keere, porte-parole de la police bruxelloise.

En fin d'après-midi, un groupe d'une trentaine de personnes "a quitté une manifestation contre l'esclavage en Libye" qui se tenait à quelques dizaines de mètres et ils "se sont cagoulés" avant de s'attaquer à deux magasins, qui ont enregistré quelques dégradations, selon des images parues dans les médias belges.

Une voiture de police a également été prise pour cible et il y a eu des jets de projectiles, a précisé Mme Van de Keere.
Lire aussi : Situation des migrants en Libye: l'UA va mener une enquête

Un important dispositif de police a été déployé et le calme est revenu en début de soirée.

Samedi, le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon,a réagi sur Twitter : "A Bruxelles, des fauteurs de trouble se comportent une fois de plus de manière inacceptable. Le centre de crise suit la situation de très près avec la police".

Dans un second message, il a précisé que les forces de l'ordre avaient "pour ordre de stopper les pillages et d'arrêter un maximum de personnes".

"Tolérance zéro. La police fédérale est en renfort", a-t-il ajouté.

Le bourgmestre (maire) socialiste de Bruxelles, Philippe Close, a lui aussi dénoncé le "comportement inacceptable d'une trentaine d'individus qui ont sali la manifestation contre l'esclavagisme".

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V, chrétiens-démocrates), a également réagi sur Twitter: "Une manifestation pacifique contre la violence (ne peut) pas être perturbée par de la violence".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.