Le ministre de l'Éducation Hatem Ben Salem promet "une véritable révolution dans le système éducatif"

Publication: Mis à jour:
HATEM BEN SALEM
Tunisian Education Ministre Hatem Ben Salem (C) accompanied by the school's headmaster Jamila Sakka (R) meet Tunisian students taking the baccalaureat (high school graduation exam) exam on June 9, 2010 in Tunis. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | Fethi Belais/AFP/Getty Images
Imprimer

"Il est temps d’engager une véritable révolution dans le système éducatif", a souligné vendredi Hatem Ben Salem, ministre de l’Éducation lors d’une conférence sur "l’alimentation scolaire et son rôle dans l’intégration scolaire et sociale".

"La réforme éducative est un projet sociétal et civilisationnel qui doit être élaboré de manière consensuelle", a-t-il ajouté.

Selon le ministre, la réforme doit être basée sur la régularisation du temps scolaire en instituant le modèle de la séance unique qui se poursuit jusqu’à 15h pour consacrer le reste de l’après-midi aux activités éducatives, culturelles, sportives et de loisir.

"Parmi les fondements de la réforme, il s’agit aussi d’améliorer les prestations rendues dans les restaurants scolaires qui sont actuellement en deçà des espérances", a-t-il indiqué. L’État mobilise un montant de 42 millions de dinars pour l’alimentation scolaire, sachant que le coût d’un seul menu au niveau primaire est estimé à 300 millimes, a-t-il fait observer.

Hatem Ben Salem a signalé que le ministère œuvre à améliorer la qualité des repas et à assurer un menu équilibré et sain à tous les élèves quelles que soient leurs catégories sociales.

De son côté, Maria Lukyanova, représentante du programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué que la Tunisie assure l’alimentation de 240 mille élèves répartis sur 2500 écoles soit une moyenne de 1500 repas par jour.

"Le PAM, en coordination avec l’Etat tunisien, œuvre à garantir un repas scolaire qui couvre 30 à 40% des besoins nutritionnels en se basant sur les produits frais et traditionnels notamment en milieu rural, en aidant les femmes rurales à vendre leurs produits pour réaliser leur autonomie financière et en même temps servir les écoliers", a-t-elle dit. 30% des composantes du repas sont achetés chez les femmes rurales, a-t-elle fait remarquer.

Pour sa part, le représentant de l’agence italienne de coopération Flavio Lovisolo a rappelé que l’agence a signé deux conventions avec la Tunisie, le PAM et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance afin de promouvoir la vie scolaire en Tunisie.

Il a ajouté que l’agence italienne a mobilisé une somme de 20 millions d’euros (environ 60 millions de dinars) pour améliorer le transport scolaire et développer les restaurants scolaires.

Organisée à l’initiative du ministère de l’Éducation en collaboration avec le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, le PAM et l’agence de coopération italienne, la conférence vise à réunir tous les acteurs dans le système alimentaire scolaire pour échanger les points de vue et renforcer la coopération entre les différents intervenants afin de garantir une gestion efficace des ressources.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.