Le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui réfute l'installation d'un centre d'accueil pour les migrants en Tunisie

Publication: Mis à jour:
JHINAOUI
Tunisian Foreign Minister Khemaies Jhinaoui attends the preparatory meeting of Arab Foreign ministers of the 28th Ordinary Summit of the Arab League at the Dead Sea, Jordan March 27, 2017. REUTERS/Muhammad Hamed | Muhammad Hamed / Reuters
Imprimer

Dans une interview accordée au média allemand Welt, le ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui a affirmé refuser l'installation d'un centre d'accueil pour les migrants sur le sol tunisien.

Revenant sur les relations entre la Tunisie et les pays de l'Union Européenne, le chef de la diplomatie tunisienne affirme que celles-ci sont "naturelles" du fait de la géographie, de l'Histoire mais aussi des échanges commerciaux. "Les pays européens étaient les premiers à soutenir la révolution tunisienne. Un tel soutien a été très important pour nous" a-t-il affirmé appelant l'Europe à une plus grande aide: "Nous croyons également que la singularité de l’expérience tunisienne justifierait un soutien plus important de la part de l’Union Européenne".

Cette aide selon lui servira autant "la jeune démocratie tunisienne" que l'Europe: "La Tunisie est une jeune démocratie – si nous réussissons, cela contribuera à consolider la sécurité et la prospérité en Europe" a indiqué Khemaies Jhinaoui évoquant des conséquences autant dramatiques pour la Tunisie que pour l'Europe en cas d'échec dans la stabilité démocratique en Tunisie.

Autre point mis en exergue par le ministre des Affaires étrangères, le rôle que peut jouer la Tunisie dans la question de la politique migratoire réfutant cependant la mise en place d'un centre d'accueil ou d'asile pour migrants en Tunisie: "L’opinion publique est contre. Nous vivons dans une démocratie et on nous demandera: Pourquoi faites-vous cela ? Les gens nous demanderont pourquoi ne vont-ils pas en Italie? Nous sommes prêts à coopérer avec l’Union Européenne sur la question migratoire mais nous ne voulons pas de l’implantation de tels centres".

"L’émigration n’est pas un problème en Tunisie. Ces derniers temps, plus de Tunisiens sont rentrés d’Europe que l’inverse" a affirmé Khemaies Jhinaoui

Selon lui, pour faire face aux problèmes migratoires que connait l'Europe, les pays européens devraient aider au développement des pays du sud pour qu'ils puissent donner à leurs populations des raisons de rester: "Au lieu de chercher à empêcher les gens originaires de la région subsaharienne et d’autres régions de vouloir venir en Europe, il serait mieux d’aider ces pays à ouvrir des perspectives pour leurs populations" a-t-il indiqué.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.