Alger: À Leveilley, on ne vote pas ou alors sans grand enthousiasme

Publication: Mis à jour:
24008613_10156235086589271_618625411_N
HuffPost Algérie
Imprimer

Dans la commune d’El Magharia, le quartier Leveilley, à 10 heures du matin les commerçants servent les premiers clients. Ceux du marché commencent à étaler leurs marchandises par terre. À la question s’ils votent ou pas, certains de ces vendeurs, s’empressent de répondre non sur un ton de mécontentement. "Le maire tout ce qui lui importe c’est de nous chasser, anéantir notre gagne-pain".

Une dame qui traine difficilement son couffin rempli de marchandise se dit également «pas concernée» par cette élection. Elle habite le grand immeuble de la cité "La Cila" et confie qu’elle ne connaît pas le maire sortant, mais sait au moins qu’il n’a rien fait durant son mandat.

"Regardez l’état de la cité, les ordures sont partout. Pour une cité où il y autant d’habitants, seules quelques bennes à ordures sont disponibles. Et ça dure depuis des années", dit-elle, désolée.

Un autre citoyen plus informé, dit connaitre l’ancien maire. Mohamed Bouchafra, élu RND, était un "intellectuel", cependant "pas un politique".

"On connaît tous Mohamed, c’est en quelque sorte l’enfant prodige de Leveilley. C’est un ingénieur informatique qui a travaillé pendant des années en Arabie Saoudite. En rentrant en Algérie, il a été directeur d’une banque pour ensuite être élu maire. On ne retiendra pas grand-chose de son mandat d’ailleurs je pense que lui-même le sait puisqu’il ne s’est pas présenté pour un nouveau mandat" précise ce citoyen.

Devant l’école primaire Ali Medouche Garçons, certains ont déjà accompli leur devoir et d’autres attendent de le faire. À l’entrée les quatre policiers mobilisés vérifient les documents des électeurs. Un vieux accompagné de son petit-fils présente son livret de famille, le policier, gêné, lui explique qu’il n’a pas le droit de voter sans la carte.

À l'intérieur de cette école, une foule occupe la cour de l’école. Dans le bureau du chef de centre, Boutouba Abdenour, l’ambiance est un peu tendue. Il confie qu’il s’occupe des élections depuis 32 ans mais la logistique est toujours compliquée.

Le centre de Boutouba Abdenour, dispose de 13 bureaux de vote. Il informe que 140 encadreurs ont été mobilisés pour cette journée. Le nombre d’inscrits dans cette école est 3220, les votants en ce début de matinée sont de 511 (271 APC et 240 APW). Quant aux observateurs, ils sont au nombre de 34. La commune entière d’El-Magharia compte 6 centres de vote et 52 bureaux.

Un peu avant midi les repas sont livrés, Boutouba Abdenour vérifie avec un employé du ministère si le nombre est bon. Cette dernière souligne que plus de 1300 repas ont été livrés à travers les 6 centres de vote de la commune d'El-Magharia. Elle ajoute que le ministère a également délégué des médecins au niveau de chaque centre.

Plus tard dans la matinée, un homme en costume accompagné d’un groupe d’hommes arrive au centre. Après plusieurs accolades, il se présente au bureau du chef de centre. Behidj Mourad est un ancien élu RND de la commune de El-Magharia. Aujourd’hui il est candidat FFS.

"J’ai été maire de la commune de El-Magharia, de 1997 à 2002. C’était une période très difficile, puisque la commune a beaucoup souffert de la décennie noire. Aujourd’hui je me représente car j’estime que j’ai encore des choses à apporter à ma commune" indique Behidj Mourad.

Selon ce candidat la commune de El-Magharia est l’une des communes les plus pauvres. Son budget, précise-t-il ne dépasse pas les 14 milliards de centimes. S’il sera élu, Behidj Mourad, fait savoir qu’il s’occupera avant tout de récupérer les terrains occupés illégalement dans la commune.

Du coté des électeurs, certains n’hésitent pas à partager leur tendance politique et d’autres préfère rester discret. À la sortie de l’école Ali Medouche garçon, un groupe de jeunes se narguent entre eux. "C’est le FLN qui l’emportera", lance l’un d’entre eux. Son ami se contente de lui répondre "on verra".

Dans le centre de vote, école primaire Ali Bessaiah, très peu de femmes se sont présentées depuis ce matin. Le chef du centre, employé de la maire d'El-Magharia, signale 2904 inscrits. En ce milieu de journée il y a eu 361 votants. Concernant les représentants de parti ils sont 15 et 41 observateurs, précise-t-il. L’organisation semble aller bon train, comparé au centre de Boutouba Abdenour, les électeurs ne s’attardent pas sur les lieux, ils accomplissent leur devoir et repartent.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.